spot_imgspot_img

Gabon: Mba Obame estime que « se battre pour ses droits » n’est pas « ridicule »

L’opposant André Mba Obame, qui s’est autoproclamé président du Gabon et réfugié depuis le 25 janvier dans une agence onusienne de Libreville, a répondu vendredi au président Ali Bongo, estimant qu’il n’était pas « ridicule de se battre pour ses droits ».

« Il nous trouve +ridicule+ parce que pour lui, c’est ridicule de se battre pour ses droits. C’est un monarque qui trouve ridicule que des gens, des Gabonais puissent vouloir se lever pour leurs droits », a affirmé à l’AFP M. Mba Obame au téléphone, un blocus policier empêchant tout étranger ou journaliste de s’approcher du bâtiment du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

M. Mba Obame a encore insisté: « Si nous sommes ridicules, alors pourquoi dissoudre notre parti? On ne dissout pas un parti, une mesure antidémocratique parce qu’il est ridicule. On ne radie pas des fonctionnaires parce qu’ils ont participé à un projet ridicule. On ne suspend pas une télé parce qu’elle est ridicule (…) Quand le peuple se soulève, tout pouvoir illégitime commence par trouver ça ridicule, par avoir une attitude condescendante. Nous en reparlerons dans quelques temps ».

Jeudi, le président gabonais Ali Bongo Ondimba avait affirmé: « Je préfère être un +amateur+ de la politique qu’un professionnel du ridicule ».

Mardi soir, le ministre de l’Intérieur Jean-François Ndongou avait estimé que M. Mba Obame et son équipe avaient « violé gravement la Constitution » et commis « un crime de haute trahison puni par la loi ». Ils encouraient selon lui: poursuites judiciaires, levée de l’immunité parlementaire, dissolution de l’UN et radiation de la Fonction publique.

TV+, la chaîne de Mba Obame, a été suspendue par le Conseil national de la Communication (CNC) pour trois mois.

Par ailleurs, interrogé sur l’activité normale du Gabon depuis mardi, M. Mba Obame a répondu: « Notre but n’a jamais été de bloquer la vie des Gabonais ».

M. Mba Obame affirme être le président élu du Gabon et n’a jamais reconnu le résultat de la présidentielle. En octobre 2009, après un long contentieux, Ali Bongo avait été proclamé président définitivement élu du Gabon avec 41,79% des voix devant un autre opposant, Pierre Mamboundou (25,66%), et M. Mba Obame (25,33%).

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES