Des informations en provenance de la ville de Bitam dans la province septentrionale du Gabon, font état d’une manifestation, le lundi 31 janvier, de soutien à André Mba Obame, l’homme qui s’est autoproclamé président élu du Gabon. Encadrée par les forces de l’ordre, la marche pacifique s’est terminée par une projection du film de la prestation de serment du secrétaire exécutif de l’ex-Union nationale (UN).
Relayé par Radio France International (RFI) dans la matinée du 1er février et confirmé par des sources internes de l’Union nationale (UN) -formation politique dissoute le 28 janvier-, des militants et sympathisants d’André Mba Obame ont manifesté à Bitam dans la province septentrionale du Woleu-Ntem. Il se serait agit d’une marche pacifique de soutient à Mba Obame qui s’est récemment proclamé président élu du Gabon.

D’autres sources parmi les habitant de Bitam, jointes au téléphone, soutiennent qu’il s’est agit d’une manifestation spontanée dont l’objectif était de court-circuiter un meeting préconisé dans cette ville par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

François Ondo Edou, président de la cellule communication de l’UN, a envoyé de Bitam un e-mail à certains cadres du parti dissout qui a été «forwardé» à Gaboneco. On y lit ce qui suit :

«Lundi 31 janvier 2011, alors que le PDG, parti au pouvoir, relayé par tous les médias aux ordres, avait entrepris d’organiser un meeting à l’effet de jeter l’opprobre sur André Mba Obame, des milliers de sympathisants de l’ancien ministre de l’Intérieur, prêts à en découdre avec l’ancien parti unique, ont improvisé une marche de soutien à celui qu’ils appellent affectueusement AMO, au cri de “AMO président ! AMO président !”. Conséquence de cette sortie inattendue des militants et sympathisants de l’Union Nationale, le ministre René Ndemezo’obiang […], s’est lancé dans une campagne d’injures contre ceux qui soutiennent AMO à Bitam. Mieux, il a promis toutes les misères du régime à ceux qui ont osé défier le pouvoir d’Etat PDG en organisant cette marche, notamment à Jean Michel Edou Sima. Après avoir battu le pavé des rues de Bitam, les partisans d’AMO ont suivi, parfois assis à même le sol, la projection du film de la cérémonie de prestation de serment du président autoproclamé André Mba Obame. Les militaires appelés d’urgence à Bitam pour mater les opposants sont restés l’arme aux pieds, certains se demandant même pourquoi les a-t-on déplacés».

C’est la deuxième manifestation de groupe depuis la dissolution de l’UN consécutive à la formation d’un contre-gouvernement par André Mba Obame. Le samedi 29 janvier dernier au quartier Rio de Libreville, des affrontements ont été enregistrés entre des éléments de la police et des manifestants présentés par les riverains comme des militants de l’UN. Un policier a été blessé, selon des sources concordantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here