Laure Olga Gondjout et Guy Rossatanga Rignault, respectivement Secrétaire général de la Présidence de la République Gabonaise et Secrétaire permanent de la Commission sur le différend frontalier qui oppose le Gabon à la Guinée Equatoriale à propos de l’île Mbanié ont fait ce jeudi, à l’intention des médias, un point de presse destiné à cerner les contours de cette affaire, clarifier la position du Gabon et évaluer la progression de la médiation des Nations Unies y relative.

NOUVELLE FAÇON DE GOUVERNER

Laure Olga Gondjout a planté le décor: « le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a proposé aux Gabonaises et aux Gabonais une nouvelle façon de gouverner le Gabon, pour plus d’efficacité et de proximité ».

Pour aller plus loin, le Secrétaire général a fait remarquer que le président de la République a innové par « la délocalisation des Conseils des ministres pour lui permettre, ainsi qu’à son gouvernement d’aller à la rencontre du Gabon profond et de conférer à chaque capitale provinciale dans laquelle il séjourne, le statut de capitale politique, le temps de son séjour dans cette province ».

Ce nouveau mode de gouvernance vise une accentuation de la proximité, de l’efficacité et un style de communication facilitant pour le peuple tout entier l’accès à un même niveau d’information sur les sujets majeurs et les grandes questions d’intérêt national.

Pour illustrer cette dynamique dans la gestion du pays et la proximité avec le peuple qu’il gouverne, Laure Olga Gondjout a également indiqué que le chef de l’Etat a « décidé de consulter périodiquement les forces vives de la Nation sur les grandes questions d’intérêt national ».

C’est dans cette perspective qu’il faut donc placer ce point d’information, principalement destiné à faire le point sur la série de concertations qu’a initiées le Chef de l’Etat avec les représentants des Forces vives de la Nation, sur cette délicate question qui “grise” le ciel diplomatique entre le Gabon et la Guinée Equatoriale. Des échanges qui ont donné l’opportunité au chef de l’Etat de discuter, de recevoir des suggestions et des propositions de ses différents interlocuteurs, a en outre déclaré Laure Olga Gondjout.

CONSULTER LES FORCES VIVES DE LA NATION SUR LES GRANDES QUESTIONS D’INTERET

« C’est ainsi que depuis une semaine, il [le Chef de l’Etat, n.d.l.r] a entamé une série de concertations avec les différentes forces vives de la nation sur une question qui revêt un caractère important: le différend frontalier qui oppose le Gabon à la Guinée Equatoriale », a-t-elle souligné.

Le Secrétaire général de la présidence de la République a expliqué :« En recevant toutes les institutions constitutionnelles, les partis politiques de la majorité comme de l’opposition, les anciens premiers ministres et vice-premiers ministres, les organisations religieuses et la hiérarchie des forces de défense et de sécurité, le chef de l’Etat a voulu trois choses.

Premièrement, que tous les Gabonais, par le biais de leurs représentants, puissent être au même niveau d’information que lui-même.

Deuxièmement, qu’ils sachent ce qu’il va dire à New York, lors du Sommet tripartite ONU- Gabon-Guinée Equatoriale qui se tiendra sous l’égide des Nation unies et à l’invitation expresse du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki- Moon.

Troisièmement, qu’il puisse recueillir l’avis de toutes ces forces vives de la nation sur cette question précise du différend frontalier ».

Concernant le “rendu” des concertations républicaines engagées par le chef de l’Etat avec les forces vives de la Nation avant le sommet tripartite de New York, Laure Olga Gonjout a fait état du constat de réel consensus national sur la question par le président de la République au terme de cet exercice.

Rossatanga Rignault a quant à lui déclaré que ce point d’information devait « éliminer les zones d’ombre et surtout d’éliminer toutes les erreurs qu’on a pu lire ici et là et entendre sur ce différend ».

“UN HERITAGE QUE LE GABON ET LA GUINEE EQUATORIALE TIENNENT DE L’HISTOIRE COLONIALE”

Chef du département juridique à la Présidence de la République et Secrétaire permanent de la Commission sur le différend qui oppose le Gabon à la Guinée Equatoriale à propos de l’île Mbanié, Guy Rossatanga Rignault a fait l’économie du contentieux en question avant de mettre en lumière de pertinents éléments d’appréciation de ce différend, qui relève somme toute, selon lui, de la normalité des relations entre Etats.

« Il y en a toujours eu, il y en a énormément aujourd’hui et il y en aura encore tant qu’il existera des Nations et des hommes et surtout tant que les uns et les autres auront tendance de temps à autre à vouloir prendre un peu plus que ce leur revient de par la nature, de par l’histoire ou par le droit », a-t-il affirmé.

Selon Rossatanga Rignault, la deuxième chose à noter est que ce différend est un « héritage » que le Gabon et la Guinée Equatoriale tiennent de l’histoire coloniale ».

Prenant à contre-pied les écrits et autres assertions qui veulent bien situer cette île aux frontières ou de part et d’autre entre le Gabon et la Guinée Equatoriale, une carte géographique à l’appui, le Conseiller spécial du Chef de l’Etat a précisé que l’île Mbanié se situe dans les eaux territoriales gabonaises, d’autant que les espaces maritimes font l’objet d’un découpage précis: le premier niveau étant les eaux territoriales, dont celles qui se situent à l’intérieur des côtes d’un pays.

Pour étayer cette présentation, Guy Rossatanga Rignault a précisé qu’une distance de seize (16) Kilomètres sépare la pointe Bolokoboué (au Cap Esterias) de l’île Mbanié, alors que les eaux territoriales gabonaises sont à trente (30) kilomètres.

De l’autre côté, la distance similaire entre Mbanié et la côte équato-guinéenne la plus proche (le Cap Saint Jean) est à trente (30) kilomètre. Autres éléments de repère: l’aéroport Léon Mba de Libreville, qui se trouve à 8 minutes d’hélicoptère de Mbanié tandis que Bata, la ville guinéenne la plus proche, est à une soixantaine de kilomètres.

TRACÉS DÉLÉTÈRES DES FRONTIÈRES

Tout en affirmant que ces éléments ne suffisent pas pour dire que Mbanié appartient au Gabon, Guy Rossatanga a égratigné le tracé des frontières du continent africain intervenu dans les années 1885. Celui-ci n’a pas tenu compte de toutes les réalités naturelles, dès lors que la question de fiabilité des cartes géographiques de cette époque est soulevable. Des éléments qui n’ont donc pas été retenus lors de cette opération et peuvent nécessairement être objet de mésententes de nos jours.

A ce niveau, Guy Rossatanga Rignault a précisé que le différend entre le Gabon et la Guinée Equatorial devrait trouver sa résolution dans l’application du traité de Vienne.

UN DIFFEREND QU’ON CROYAIT APLANI

Au cours de ce point d’information, un film documentaire a été projeté, montrant notamment le moment historique où les présidents Omar Bongo Ondimba (Gabon) et Macias Nguéma (Guinée Equatoriale) étaient parvenus à taire ce différend qui assombrit de nouveau les relations entre ces deux pays voisins.

De ce document, il ressort que Mbanié a été revendiquée une première fois par la Guinée équatoriale en 1972. Une concertation entre les présidents des deux pays avait abouti, en 1974, à la signature d’un traité reconnaissait la souveraineté du Gabon sur cette île.

Au milieu de la décennie 1990, notamment à partir de 1995, de nouvelles tensions sont provoquées par la Guinée Equatoriale avant que ne s’en suivent, de 2003 à ce jour, une vingtaines de sessions de médiations sous l’égide des Nations Unies.

Aux dernières nouvelles, le texte du traité a déjà été négocié à 90%. Reste, pour sortir donc de cet imbroglio, l’article 1er relatif à l’objet du différend.

En fin de compte, les explications rendues le Secrétaire Général de la présidence de la République et le Secrétaire permanent de la Commission sur le différend frontalier de l’île Mbanié ont permis de « recadrer les choses le plus précisément possible » avant le sommet de New York.

Dans les tous prochains jours, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Ban Ki-Moon devrait y discuter avec les présidents Ali Bongo Ondimba et Theodoro Obiang Nguema.

GN/DCD/CWNB/11

Mis à jour ( Vendredi, 18 Février 2011 00:02

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here