Le président français Nicolas Sarkozy recevra lundi son homologue gabonais Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo en août 2009 à l’issue d’un scrutin contesté, a annoncé vendredi l’Elysée.

“L’entretien portera sur les relations bilatérales entre nos deux pays ainsi que sur les questions régionales”, écrit la présidence française dans un communiqué.

Nicolas Sarkozy s’était rendu il y a un an au Gabon pour relancer la coopération entre Paris et Libreville et apporter son soutien au nouvel homme fort du pays.

La France, ancienne puissance coloniale, a toujours été très proche de la famille Bongo.

Omar Bongo a lontemps été considéré comme le pilier de la “Françafrique”, ce système complexe de relations tissées entre Paris et ses anciennes colonies africaines, mêlant accords secrets, chasses gardées commerciales et réseaux occultes.

Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks en décembre dernier, près de 30 millions d’euros auraient été détournés de la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC) par Omar Bongo. Une partie de ces fonds auraient servi à financer plusieurs partis politiques français, surtout de droite mais aussi de gauche, ce qu’ont fermement nié les dirigeants politiques français et gabonais.

Par ailleurs, la justice française va enquêter sur le patrimoine en France de trois présidents africains, suspectés par des ONG spécialisées dans la lutte anti-corruption d’avoir détourné à leur profit des deniers publics dans leurs pays respectifs. D’après l’ONG Transparency International, le clan Bongo possèderait à lui seul une trentaine de luxueux appartements ou maisons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here