Réunis en mini-conclave à Montclair dans le New Jersey aux Etats-Unis, les leaders de la Diaspora gabonaise, qui ont planché trois jours durant aux fins de poser les jalons d’une nouvelle forme d’engagement politique au Gabon, se sont accordés sur le lancement d’un appel à tous les Gabonais en vue d’un sursaut national libérateur.

C’est en effet le 11 mars 2011 que Bruno Ben MOUBAMBA (vice-président de l’Union Nationale), André BOUASSA (Représentant de l’UPG en Amérique du nord), Daniel MENGARA (BDP) et d’autres nouveaux leaders de la diaspora ont débuté les conciliabules sur « l’avenir du Gabon » au New Jersey (USA). Ces journées qui se sont conclues dimanche 13 mars 2011 par un « APPEL DE MONTCLAIR » à l’endroit du Peuple Gabonais et des responsables politiques du Gabon étaient placées sous le signe de l’urgence en vue d’un « nouvel agir politique » en République gabonaise, au moment où, justement, les Gabonais de tous bords demandent avec insistance et impatience la fin du système Bongo.

Le « mini-conclave » du New Jersey a également pris acte de la démission de Richard MOULOMBA, l’ex-Secrétaire Général  de l’Union du Peuple Gabonais (UPG). Son « départ » de l’UPG ne fait que confirmer la crise au sein de la société politique gabonaise et la nécessité d’un renouvellement de la classe politique gabonaise à court ou moyen terme pour un déracinement définitif du Système Bongo. En vue de marquer le début de nouvelles et nécessaires solidarités avec les vrais « partisans du changement » à l’intérieur comme à l’extérieur du Gabon, la nouvelle génération d’acteurs politiques exige une nationalisation du débat révolutionnaire au Gabon, et partant, la mobilisation de tous dans le cadre du sursaut national exprimé par l’Appel de Montclair.

Parce que la nouvelle génération de leaders politiques du Gabon ne souhaite plus être associée de quelque manière que ce soit aux dérives politiques et aux manipulations de tous ordres qui ont entériné et permis la perpétuation des dérives bongoïstes au Gabon, elle en appelle au patriotisme de tous en vue de la fin du règne des Bongo au Gabon.

Un Comité de Suivi a été mis en place qui se chargera de définir, avec et pour le peuple, les contours de la lutte pour un Gabon nouveau tels que tous les Gabonais épris de vraie démocratie et de dignité le souhaitent.

Ci-dessous, le texte intégral de l’Appel de Montclair. Le PDF de l’Appel se trouve ici.



Appel de Montclair
Le 13 mars 2011

Les leaders de la diaspora gabonaise d’Amérique du Nord et d’Europe réunis du 11 au 13 mars 2011 à Montclair dans le New Jersey, Etats-Unis d’Amérique, prenant acte de la situation de confiscation du pouvoir au Gabon et de l’impasse politique qui en résulte, entérinent l’idée selon laquelle il n’y a pas d’autre alternative au changement au Gabon que la révolution populaire.

Ils constatent :

– que depuis 1967, date de l’avènement d’Omar Bongo Ondimba au pouvoir, le Gabon s’est enlisé dans un immobilisme social, culturel, économique et politique qui a fondamentalement compromis le progrès national, et hypothéqué l’avenir de plusieurs générations par la dilapidation à des fins personnelles de l’argent du Peuple Gabonais ;

– que la « succession monarchique » de 2009 par laquelle Ali Bongo Ondimba s’est emparé de l’appareil de l’Etat n’est pas de nature à favoriser ce progrès, mais à perpétuer un système qui a failli et dont on ne peut plus rien espérer de positif ;

– que les acteurs politiques de l’opposition dite historique n’ont réussi ni à relever le défi de l’alternance ni à déraciner le système Bongo.

Les leaders de la diaspora, dès lors, affirment la nécessité d’une rupture totale avec le système Bongo et la culture politique instituée depuis 1968 par le parti au pouvoir, matrice de toutes les dérives.

Par conséquent, considérant l’inéluctabilité des révolutions populaires en Afrique sub-saharienne, et notamment au Gabon, les leaders de la diaspora, par cet « Appel de Montclair », exigent la mise en place immédiate au Gabon d’un processus politique libérateur qui obéisse aux directives suivantes :

– Les leaders politiques de l’opposition doivent, pour continuer à mériter le titre d’opposants, rompre publiquement et sans langue de bois avec le système Bongo ;

– Les leaders politiques qui se réclament de l’opposition doivent prendre leurs responsabilités et rompre toute négociation avec le système Bongo qui aurait comme résultat la perpétuation du régime actuel ;

– Les leaders politiques qui se réclament de l’opposition doivent rejeter le principe de toute nouvelle élection au Gabon qui ne soit la résultante d’un consensus national dans le cadre d’une nouvelle Constitution ;

– Les Gabonais militants du PDG doivent se désolidariser de la prise en otage du Gabon par le clan des Bongo Ondimba et œuvrer avec les autres Gabonais épris de paix, d’unité et de progrès au bien-être de tous ;

– La convocation d’une Assemblée Constituante par laquelle le Peuple Gabonais entérinerait une nouvelle République qui soit garante, dans le cadre d’une nouvelle Constitution, des droits démocratiques et de l’unité de tous les Gabonais.

Au peuple gabonais, l’« Appel de Montclair », qui se veut un appel au patriotisme et à l’espoir, demande:

– Le dépassement des appartenances politiques aux fins de permettre une révolution véritablement nationale et décisive au Gabon ;

– L’organisation de réseaux d’actions politiques sur le terrain, notamment dans les écoles, les villages, les provinces, les quartiers, les entreprises, ainsi que par l’entremise des réseaux sociaux et des nouvelles technologies, aux fins de préparer la nation à la révolution ;

– Le refus de tout arrangement politique dans le cadre des institutions actuelles, à l’instar de tout projet de gouvernement d’union nationale qui aurait pour conséquence de consolider le régime politique actuel.

L’ « Appel de Montclair » marque le début de l’affirmation d’un sursaut national impératif par lequel le Peuple Gabonais, au-delà des appartenances politiques, prend ses responsabilités, en vue de l’affirmation de sa souveraineté.

Pour le Peuple Gabonais,

Le Comité de Suivi de l’« Appel de Montclair »

Bruno Ben Moubamba
André Bouassa
Joel Mbiamany-N’tchoreret
Patrick Ambamani
Léon Obame
Jean De Dieu Mickouma
Daniel Mengara

Contacts:

Joel Mbiamany-N’tchoreret (+1) 905-431-2882
André Bouassa (+1) 919 798-4543
Bruno Ben Moubamba (+33) (0) 6.88.12.88.21
Patrick Ambamani (+1) 646-744-5633
Daniel Mengara (+1) 973-447-9763

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here