Le Centre d’action pour le développement durable et environnemental (CADDE), une organisation non gouvernementale (ONG) a lancé, conjointement avec des pêcheurs nigérians du village Moka, un projet pour la gestion concertée de la mangrove du parc national d’Akanda, une aire protégée située dans le département du Cap Estérias, au nord de Libreville, la capitale gabonaise.

Le secrétaire exécutif de l’ONG, Constant Allogho Aubame, a indiqué que le CADDE va lutter contre la coupe intensive de la mangrove, un écosystème où se reproduisent les poissons et les crustacés, utilisé comme combustible par les pêcheurs nigérians du village de Moka pour fumer le poisson.

‘’Au terme de notre réunion, les groupements des pêcheurs ont accepté d’utiliser la sciure de bois à la place des branches de mangrove’’, a indiqué M. Allogho Aubame.

Selon lui, la sciure est fournie aux pêcheurs par les membres de l’ONG qui, depuis un certain temps, mènent une opération de régénération ou de reboisement des zones dégradées du parc Akanda, l’un des plus petits par l’étendue des treize parcs nationaux créés au Gabon en 2002.

D’une superficie d’à peine 540 km2, le parc nationale d’Akanda renferme une richesse faunistique et végétale (un paysage de mangrove, riche en oiseaux, en espèces aquatiques et en amphibiens).

Bordé par les baies de la Mondah et de Corisco (Guinée-Equatoriale), il est le site d’escale et de reproduction le plus important du Gabon pour les oiseaux migrateurs. Des tortues marines fréquentent également les eaux du parc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here