Le Gabon est à la recherche des voies et moyens pour mécaniser son agriculture, afin d’augmenter la production agricole nationale qui ne couvre pour le moment que 40% des besoins alimentaires de la population, réduire les importations alimentaires, qui ont atteint plus de 138 milliards de FCFA en 2008 et lutter contre l’exode rural.

Une étude sur la situation actuelle de la mécanisation de l’agriculture a été menée dans les provinces de l’Estuaire (ouest), du Woleu-Ntem (nord), de la Ngounié (sud) et du Haut-Ogooué (sud-est).

L’étude a démontré que la mécanisation et l’ensemble des technologies (outils utilisant la force humaine, la traction animale, motoculteurs, etc.) pourraient en effet contribuer à améliorer la productivité agricole au Gabon.

Mais le pays ne pourrait atteindre l’autosuffisance alimentaire que si la productivité et la rationalisation du travail humain sont améliorées au niveau des agriculteurs, souligne l’étude rendue publique, lundi dernier à Libreville, à l’occasion d’un atelier de restitution des résultats et d’analyse de la situation de la mécanisation de l’agriculture au Gabon.

Dans cette perspective, les populations agricoles doivent être sédentarisées en leur donnant les moyens de pratiquer une agriculture intensive et diversifiée. Tout en renforçant leurs capacités dans la pratique de l’agriculture de conservation, souligne l’étude.

La réussite de cette option dépend des solutions apportées au manque de formation des agriculteurs, au coût élevé du matériel agricole, à la faible capacité de financement et à l’absence de crédits agricoles, note encore l’étude relevant par ailleurs que le mauvais état des voies de communication peut constituer un frein au développement du secteur agricole en occasionnant des coûts élevés sur le marché.

‘’Sans routes fiables, sans bonnes semences, il n’est pas possible d’obtenir d’excellents résultats’’, a indiqué Mathias Fonteh Fru, un consultant de l’organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO).

Le chargé de la production et de la protection des plantes à la FAO, Sankung B Sagna, a estimé, pour sa part que ‘’pour développer et moderniser le secteur de l’agriculture au Gabon, la mécanisation agricole reste la seule option à adopter’’, eu égard à la faiblesse de la population agricole dans les campagnes et à l’exode rural qui joue sur la production agricole.

Malgré des potentialités importantes, l’agriculture, pourtant sixième employeur au Gabon, demeure le parent pauvre de l’économie nationale avec une production en déclin.

Ces dernières années, les autorités gabonaises ont cependant décidé de dynamiser le secteur agricole qui a bénéficié en 2009 d’une enveloppe de 90,5 milliards de FCFA pour cinq ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here