L’histoire pétrolière du Gabon n’est pas terminée. C’est la conviction de Total, qui a décidé, à travers sa filiale Total Gabon (il possède 58 % du capital), d’investir à nouveau de façon soutenue dans le pays, afin d’éviter le déclin de ses réserves (le groupe y est présent depuis quatre-vingts ans).
Par exemple, fin 2010, trois permis d’exploration à terre ont été acquis, venant ainsi compléter les campagnes déjà lancées en offshore profond (sismique 3D sur 6.000 km2 sur le permis de Diaba).

Par ailleurs, la grève du personnel travaillant dans le secteur pétrolier, commencée le 1er avril, s’est achevée quatre jours plus tard. Les revendications portaient sur la nomination de plus de Gabonais à des postes à responsabilité au sein des compagnies pétrolières présentes dans le pays (essentiellement Shell et Total). Ce mouvement ne devrait pas peser sur les comptes du groupe. Notre conseil : acheter. Nous sommes récemment redevenus acheteurs pour viser 440 €.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here