Des experts gabonais et étrangers planchent depuis ce mercredi à Libreville sur les options du profil de la future fondation des parcs nationaux du Gabon à la faveur d’un atelier d’échanges.

L’objectif visé par ces assises qui se sont ouvertes lundi dernier par une journée d’information consiste à inviter les différents acteurs (administrations, secteur privé…) à explorer les enjeux et opportunités de mise en place de la future fondation, conformément à la législation nationale et aux opportunités actuelles et de financement internationaux de la conservation.

A cet objectif global s’ajoute l’objectif particulier du projet de création de la fondation parcs nationaux qui est de capter les financements privés pour assurer le financement continuel de l’ensemble des aires protéger et ainsi leur garantir un meilleur développement.

Cependant, « les experts souhaitent que cette fondation ait une couverture globale sur l’ensemble des aires protégées et non seulement pour les parcs nationaux », a indiqué le Secrétaire exécutif de l’Agence nationale des parcs nationaux, Emil Manfoumbi Kombila.

Il est à préciser que cette fondation à venir ne vient pas remplacer l’Agence Nationale des Parcs Nationaux mais, les deux entités seront partenaires.

Aussi, le champ d’action de la fondation, s’étendra sur 20% du territoire national notamment sur les 13 parcs nationaux représentant 11% du territoire auxquels s’ajoutent les aires protégées qui représentent le moyen le plus efficace actuellement pour protéger la biodiversité mondiale.

Pour sa part, le consultant Francis Laugini chargé de conduire les travaux a rappelé que « lorsqu’on parle de parc national, on englobe également sa zone périphérique » d’où il est important d’avoir de l’autorité sur ces zones périphériques.

Rappelons que ces assises s’achèvent ce jeudi à Libreville avec des recommandations claires pour une mise en place définitive et efficiente de la fondation des parcs nationaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here