Juger Laurent Gbagbo pourrait prendre des années

Il faudra peut-être des années avant de pouvoir juger l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et ses collaborateurs pour les crimes de guerre et les affaires de corruption dont les accusent leurs adversaires, a déclaré mardi le ministre ivoirien de la Justice à Abidjan.

Les nouvelles autorités ivoiriennes enquêtent sur des accusations de graves violations des droits de l’homme commises entre l’élection présidentielle du 28 novembre dernier et la capture le 11 avril de Laurent Gbagbo, qui refusait de reconnaître la victoire de son rival Alassane Ouattara.

Des investigations sont également en cours sur de possibles détournements de fonds par l’ancien président et ses associés, a précisé le ministre, Jeannot Ahoussou Kouadio, lors d’une conférence de presse.

Début mai, la Suisse a ouvert une enquête pour blanchiment d’argent à la suite d’une plainte déposée par le gouvernement ivoirien contre Gbagbo, sa femme et plusieurs de ses proches. La Suisse a également gelé 70 millions de francs suisses (58 millions d’euros) d’avoirs liés à l’ex-président ivoirien et à ses proches.

Les investigations préliminaires menées par la police sur les crimes économiques sont terminées, a précisé le ministre de la Justice, « mais cette enquête sur le dossier économique peut prendre un an, deux ans ».

Laurent Gbagbo, sa femme Simone et d’anciens responsables de son gouvernement sont en détention depuis avril.

Des groupes de défense des droits de l’homme ont invité les autorités à ne plus tarder pour présenter les charges qui pourraient être retenues contre les détenus, ou alors à les remettre en liberté.

Parmi d’autres crimes économiques, les forces pro-Gbagbo sont accusées d’avoir pillé le siège local de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en janvier à Abidjan.

LE CHEF DES « JEUNES PATRIOTES » RÉFUGIÉ AU GHANA

Le président Ouattara a demandé par ailleurs à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye d’enquêter sur les allégations de crimes graves commis entre novembre et avril derniers mais a souhaité que Gbagbo et ses collaborateurs soient jugés en Côte d’Ivoire.

La semaine dernière, le procureur de la CPI a laissé jusqu’au 17 juillet aux témoins éventuels, de quelque bord qu’ils soient, pour faire leurs dépositions.

Les autorités ivoiriennes enquêtent aussi sur les allégations selon lesquelles Laurent Gbagbo ou l’un de ses proches auraient ordonné l’opération du 4 avril contre l’hôtel Novotel d’Abidjan, au cours de laquelle des miliciens ont enlevé quatre personnes, dont le directeur français de l’établissement, Stéphane Frantz di Rippel, et un de ses compatriotes, Yves Lambert, président de la société agroalimentaire Sifca.

« Ils ont été enlevés quand M. Gbagbo était au pouvoir. Où ont-ils été conduits ? Ils ont été conduits au palais présidentiel (…) Ils ont été torturés et battus au palais. Nous avons des témoignages. On a arrêté les miliciens qui ont témoigné », a dit le ministre de la Justice.

« Les corps ont été ensuite enveloppés de plastique et jetés dans la lagune. »

Quant à Charles Blé Goudé, qui était le chef des Jeunes Patriotes, une milice pro-Gbagbo, il a pu se réfugier au Ghana. Il est accusé par les autorités d’avoir incité ses hommes et la population à s’en prendre aux étrangers et au personnel des Nations unies.

« L’extradition de Charles Blé Goudé, ça se fera. Il pense arriver à se cacher mais il sera poursuivi », a assuré Kouadio.

Des groupes de défense des droits de l’homme accusent également des partisans d’Alassane Ouattara de crimes graves et demandent qu’ils soient arrêtés.

Kouadio a affirmé que personne n’échapperait à la justice. « Quel que soit le statut social, la justice s’applique à tous », a-t-il dit.

Guy Kerivel pour le service français

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa, le miraculé du coronavirus

La pandémie aurait pu affaiblir le chef de l’Etat, il n’en est rien. Sa gestion de la crise a réconcilié la population avec la...

Coronavirus en Afrique du Sud : un tribunal juge « irrationnelles » les restrictions en matière de confinement

Un tribunal sud-africain a jugé "inconstitutionnelles et invalides" certaines réglementations de confinement pour lutter contre le coronavirus imposées par le gouvernement. Le juge a qualifié...

Mort de George Floyd : l’Afrique oscille entre indignation et retenue

Le président du Ghana a été l’un des rares chefs d’Etat à condamner fermement le racisme aux Etats-Unis, aux côtés de stars du football...

Pénuries, faim et pauvreté : les Africains inquiets des conséquences du coronavirus

Selon une enquête menée dans huit pays, 81 % des personnes interrogées se disent confiantes dans la capacité de leurs dirigeants à limiter les...

Coronavirus: l’Afrique face à la pandémie le mardi 2 juin

L’Afrique comptait ce mardi 2 juin 153 325 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 4 356 personnes sur...

En Afrique, Accor mise d’abord sur une reprise au Maroc et en Égypte

S’il a dû tailler dans ses effectifs sur le continent à cause des conséquences la crise sanitaire, Accor espère un redémarrage en priorité en...

Suivez-nous!

1,335FansLike
125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : Le Gabon en phase critique de l’épidémie

Selon le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil), le pays est en phase...

Covid-19 : la vie prend-elle le pas sur les mesures barrières ?

Doit-on parler d'inconscience, d'irresponsabilité, d'insouciance ou d'imprudence des populations au moment où, un peu partout, en dépit de la nécessité de respecter les mesures...

Covid-19 : communication et sanction doivent aller de pair

Les multiples sorties auxquelles se livrent les autorités administratives jouant un rôle de premier plan dans la lutte contre la propagation du Covid-19, ressemblent...

Gabon | Investissement : Vous pourrez désormais créer votre entreprise en ligne !

Dans le cadre de l’amélioration de son climat des affaires après la perte de précieux points dans les derniers classements du rapport Doing Business,...

Total Gabon : 30 milliards de dividende payables à partir du 11 juin

Les actionnaires de Total Gabon percevront à partir du 11 juin prochain leur dividende net d’impôts au titre de l’exercice 2019 de 11 dollars...