Débat: Le Dr. Daniel Mengara au vice-président du Front National français: Les Africains veulent « un désengagement de la France qui permettra aux Africains de se débarrasser tranquillement de leurs dictatures »


Au cours d’un débat (émission débat « Le Dr Mouketou Reçoit ») présenté et organisé mardi sur INRA RADIO, une radio de la Diaspora africaine émettant depuis Washington DC par le Dr Jean Aimé MOUKETOU entre Maître Wallerand Saint Just, vice-président et membre du Bureau exécutif du Front national français et des universitaires africains vivant en Amérique du Nord et en Europe occidentale, le Dr Daniel MENGARA, Président du Mouvement Politique « BONGO DOIT PARTIR » a dit admirer depuis très longtemps comme beaucoup d’Africains d’ailleurs le discours de franchise du Front national français qui « ne mâche pas ses mots sur la question de la Cour internationale pénale qui a tendance à servir les intérêts des plus forts ». Il a aussi dit partager l’opinion de Monsieur Wallerand quant au rôle des femmes dans le potentiel de moralisation de la politique dans les institutions nationales et internationales et l’idée d’en finir avec la Françafrique.

Cependant, le Dr Daniel MENGARA  a noté un certain nombre de choses relatives à la « tendance populiste » de l’élite politique française, qui prône parfois des politiques de rupture sans jamais rien rompre, comme on le vit avec François Mitterrand lors du discours de la Baule en 1990, et Nicolas Sarkozy en 2007alors qu’il s’évertuait à convaincre le monde de sa sincérité et de son désir de rompre avec les pratiques de ses prédécesseurs dans le copinage avec les régimes mafieux en Afrique. Pourtant, a noté le Dr. Mengara, l’atout que représentent les 300 millions de francophones qui ensemble constituent un marché aussi grand que le marché américain, a trop longtemps été ignoré par l’élite politique française qui ne cesse de piller ses anciennes colonies pour peu de gain comparativement à ce qui pourrait être gagné si l’esprit de compétitivité et l’amélioration des conditions économiques en Afrique se produisait sur fond de démocratie et d’économie libérales. La raison en est, selon le Dr. Mengara, que « la notion  fondamentale d’intérêt national en Occident dans les rapports politiques et économiques » et « le discours hypocrite » de l’élite politique française « qui ne sait jamais dire aux Français le rôle que joue l’exploitation de l’Afrique dans l’emploi qui est produit en France (…) » sont des facteurs qui inhibent tout potentiel de partenariat équitable entre la France et l’Afrique.

Pour le Dr Daniel MENGARA,  « la Françafrique ce n’est pas une politique humanitaire » vis-à-vis de l’Afrique,  c’est plutôt « un système économique mafieux d’exploitation » qui permet  à la France « de manière implicite, une acquisition facile et parfois même bon marché et presque libre des ressources,  dans ce qu’on peut appeler aujourd’hui  les provinces françaises que sont encore nos pays ».

Le Dr Daniel MENGARA est d’accord comme beaucoup d’Africains avec le discours sur l’immigration du Front national qui veut que les Africains retournent chez eux promouvoir le développement de leurs propres pays. Mais, a noté le Dr. Daniel Mengara, « le  Front national aura-t-il le courage de dire enfin aux Français la raison pour laquelle les Africains viennent en France », c’est-à-dire forcés de partir de leur propre sol pour rechercher mieux en France à cause justement du rôle néfaste qu’a toujours joué et continue de jouer la France dans les pays africains en maintenant et en appuyant les régimes qui traumatisent leurs peuples et qui sont contre les droits humains (le cas du Gabon dirigé par un régime d’Etat mafieux PDG). Pour le Dr Daniel MENGARA, l’élite politique française, faisant preuve de langue de bois, « a tendance à appliquer la politique de la dictature choisie » par laquelle la France fait et défait les régimes selon que les roitelets installés par la France jouent bien leur rôle de marionnette ou pas, un peu comme on l’a vu avec le choix et l’intronisation d’Ali Bongo au Gabon par la France (dictateur choisi), et la destruction du régime de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire par cette même France (dictateur non choisi). Pourtant, a noté le Dr. Daniel Mengara, les deux se sont arrogés le pouvoir suite à des élections contestées en manipulant leurs cours constitutionnelles.

Le Dr Daniel MENGARA a rappelé à Monsieur Wallerand qu’il est comme la plupart des Africains non seulement pour « un désengagement de la France qui  permettra aux Africains de se débarrasser tranquillement de leurs dictatures », mais aussi de négocier « un partenariat équitable entre nos Etats (…) » car, a-t-il réitéré, les 300 millions d’âmes qui composent la Francophonie dans son ensemble sont un atout, c’est un marché égal au marché américain (…). La France n’a pas créé les conditions de libéralisation économique et politique dans nos Etats et (…) les entreprises françaises doivent faire preuve d’esprit de compétitivité ». Ceci est important pour le Dr. Daniel Mengara car la jeunesse politique en Afrique compte sur un partenariat plus éqtuitable avec une nouvelle élite politique française.

Mon message personnel au Dr. Daniel MENGARA : Dr. Mengara, je vous dirais que, pour ma part, le Gabon a aussi besoin d’une nouvelle élite politique qui incarnera les valeurs qui sont en faillite dans notre pays le Gabon depuis 44 ans. Le départ des enfants BONGO-ONDIMBA et leur clan reste une priorité majeure du peuple gabonais. Avec l’élite politique délinquante actuelle, le principe de justice et de démocratie dans notre pays n’est pas au rendez-vous. En effet, depuis 1967, les Gabonaises et Gabonais vivent dans la frustration et subissent le traumatisme sous les Bongo. Il faut organiser les Gabonais autour d’alternatives nouvelles portées par une nouvelle génération d’acteurs capables de mieux faire là où les aînés de tous bords ont échoué. Le regard de pas mal de Gabonais, y compris de pas mal de jeunes qui croient en votre message révolutionnaire, sont braqués sur vous, vous qui, en tant que leader de la nouvelle génération, restez vierge de toute attache à ce régime mafieux. Ne décevez pas ces attentes.

Dr Jean Aimé MOUKETOU
Enseignant d’histoire-géographie (Académie de Versailles)
Professeur certifié pour l’enseignement en Nouvelle-Ecosse (CANADA)
Présentateur de l’émission débat « Le Dr Mouketou Reçoit » sur INRI RADIO WASHINGTON DC

Pour écouter l’intégralité du débat prière de cliquer sur les liens suivants :

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Le Gabon face au Covid-19 : Le Dr Adrien Mougougou douche l’optimisme d’Ali Bongo

Le Gabon a certes construit ou rénové des hôpitaux, acheté du matériel ces dernières années, mais cela ne suffit pas pour une riposte efficace...

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Covid-19: Opération de rapatriement : De retour, mais désappointé !

La deuxième phase de l’opération de rapatriement des Gabonais, bloqués à l’étranger du fait du nouveau Coronavirus bat son plein. En atteste l’arrivée de...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : dangereuses négligences des gestes barrières dans l’arrière-pays

À l’intérieur du pays, le Covid-19 semble désormais accélérer sa vitesse de contagion. Malgré ce fait, les populations affichent une certaine négligence dans l'hinterland....

Récession : Les petits opérateurs économiques à la peine

Les petits opérateurs économiques sont parmi ceux qui subissent les pertes les plus lourdes depuis la mise en application des mesures barrières face à...

Eau et électricité : la SEEG revoit les critères de la gratuité

La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a déclenché, lundi 25 mai 2020, sa deuxième phase de distribution gratuite d'eau et d'électricité décidée...

Recensement des agents publics : la deuxième phase en cours

La deuxième phase de l'opération de recensement biométrique des agents publics est effective depuis le début de la semaine en cours. Cette phase est essentiellement...

L’armée française dément avoir importé des vaccins au Gabon

En pleine pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux s’étaient enflammés, mi-mai, suite à l’arrivée par avion français d’une boîte avec inscription “sérums, réactifs et...