Des experts de la direction générale des pêches et de l’aquaculture et du Projet d’appui au secteur des pêches et aquacultures (PSPA) ont invité les pêcheurs des provinces de la Ngounié et de la Nyanga, dans le sud du Gabon, à se mettre en associations et à créer des caisses d’épargne et de crédits, afin de se prendre en charge.

La recommandation fait suite à une mission de prospection et de collecte des données, effectuée la semaine dernière dans les deux provinces, par les experts de la direction générale des pêches et de l’aquaculture et du PSPA, en vue de la formation et de l’encadrement des associations des pêcheurs.

La délégation des experts était conduite respectivement par MM. Samuel Renaud Jocktane de la direction générale des pêches et de l’aquaculture, logée au ministère des eaux et forêts, et Traoré Noumouké du cabinet d’expertise du PSPA.

Les pêcheurs ont saisi l’opportunité de cette mission pour exposer leurs difficultés. “Nous ne bénéficions d’aucun financement de l’Etat et c’est pénible de démarrer une pêche lucrative sans soutien”, s’est plaint un pêcheur indépendant qui s’en est pris aux hommes politiques parce que, selon lui, ils n’encouragent pas les bonnes volontés.

“Ils préfèrent nous voir réduits à la mendicité plutôt que d’aider ceux qui se débrouillent”, a-t-il dit.

Un autre pêcheur s’est dit satisfait de la visite des experts. “Nous sommes satisfaits que vous soyez venus nous consulter pour la première fois et vivre nos réalités, avec le type de matériel que nous utilisons”, a-t-il déclaré.

La rencontre avec les pêcheurs a permis aux experts d’apprécier les problèmes rencontrés par ces derniers, afin de mieux les aider a obtenir éventuellement des financements pour leus micro-projets.

Le PSPA est un projet d’appui financé par la Banque africaine de développement (BAD) à hauteur 22,3 millions de dollars Us (10,2 milliards de FCFA) pour l’acquisition de fournitures, le financement de travaux et la mise en place de services, en vue de l’essor du secteur de la pêche.

Le processus doit contribuer à la diversification de l’économie gabonaise par la gestion durable des ressources halieutiques à travers l’amélioration des conditions de production, l’accroissement de la production et des revenus des acteurs.

Le Gabon a également bénéficié d’un appui financier du gouvernement japonais, dans le cadre du PSPA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here