Les travaux de construction du Centre de formation et de perfectionnement professionnel (CFFP) de Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié (sud), ont repris après une interruption de 36 mois.

Depuis juin dernier, les ouvriers sont de nouveau à pied d’oeuvre sur le chantier lancé en 2008 par l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong et abandonné sans aucune explication depuis trois ans, alors que les travaux du CFPP de Lambaréné, chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué (centre), qui ont démarré dans la même période, sont pratiquement achevés, selon des sources concordantes.

Plusieurs chantiers sont abandonnés ou inachevés à travers le pays, après des débuts pourtant prometteurs, soit parce que l’Etat s’est révélé incapable d’en assurer la poursuite du financement soit pour cause de mauvaise gestion de l’enveloppe financière débloquée par le gouvernement par les entreprises adjudicataires des marchés.

Il en est ainsi de nombreux projets identifiés dans le cadre des fêtes tournantes de l’indépendance. Chacune des neuf povinces ayant abrité les festivités de la fête nationale traîne son lot d’éléphants blancs.

Lorsqu’un chantier est repris ou relancé, le plan initial du projet est rarement respecté. C’est ainsi que le CFPP de Mouila a été amputé de plusieurs composantes.

Initialement prévu pour abriter huit salles et quatorze villas, le complexe qui sera construit sur 30 ha, ne comprendrait plus que six salles et neuf villas à la fin des travaux.

Sont toutefois maintenues, la construction d’un réfectoire, de deux dortoirs, dont un pour les filles et un autre pour les garçons, et d’un complexe sportif.

Selon le chef de chantier, l’Egyptien Tarak Agamy, les premiers bâtiments pourraient sortir de terre avant les grandes pluies (octobre ou novembre prochain).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here