Un vieillard de 94 ans, emporté par la mer à Port-Gentil, la capitale économique gabonaise à 144 km au sud-ouest de Libreville, a été retrouvé vivant, vendredi dernier au Cap Santa Clara, à une trentaine de km au nord de la capitale gabonaise.

Francis Ignanga, âgé de 94 ans, a été emporté par la mer à Port-Gentil, à bord de sa pirogue, au milieu du mois de juillet, au cours d’une partie de pêche.

Alors que toute sa famille le croyait mort, le vieillard a été retrouvé bien vivant, après avoir dérivé pendant trois semaines avec sa pirogue qui a échoué par bonheur sur la berge d’une plage du Cap Santa Clara.

Informées de sa présence par le chef de regroupement Thérèse Ngueyeno, les populations du Cap Santa se sont portées à son secours. “Nous avons été alertés par le chef de regroupement et nous sommes partis aussitôt sur les lieux”, a indiqué un villageois.

“Le vieux était trop épuisé. Il a passé plus de trois semaines sans manger”, a ajouté la même source.

Le vieux naufragé a raconté sa mésaventure aux villageois médusés : “J’étais allé pêcher en mer au milieu du mois de juillet… Le moteur de ma pirogue est tombé en panne. Alors, j’ai placé une voile”.

“J’ai dérivé, agrippé à ma pirogue, au gré du vent qui m’a entrainé un peu partout”, a indiqué le vieil homme, ajoutant : “Je n’avais rien à manger et je ne buvais que l’eau de mer”.

Le vieux Ignanga a indiqué n’avoir eu pour seuls compagnons, au cours de cette rocambolesque aventure, que les oiseaux qui venaient faire leurs nids dans sa pirogue.

Le naufragé a révélé avoir été témoin de “scènes étranges” dont il s’est refusé de parler pour le moment. “J’ai vu beaucoup de choses dans la mer mais je préfère me taire pour le moment”, a-t-il dit, soulignant que “c’est grâce à Dieu que je suis encore vivant”.

“Je vais consacrer le reste de ma vie au Seigneur”, a déclaré le vieil homme qui a été accueilli à la brigade de la gendarmerie du Cap Estérias, non loin du Cap Santa Clara, en attendant de rejoindre sa famille à Port-Gentil.

M. Ignanga a lancé un appel à toutes les bonnes volontés, afin de trouver les moyens financiers pouvant lui permettre de ramener sa pirogue chez lui à Port-Gentil, où il vit avec sa famille depuis plus de 40 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here