La problématique de la mercuriale au marché municipale Mouandza Barata de Lébamba, dans le département de Louétsi-Wano, se pose encore avec acuité, laissant perplexe les consommateurs qui ne savent à quel saint se vouer.
Selon de nombreux consommateurs habitant Lébamba, la hausse des prix des denrées alimentaires au marché Mouandza Barata est entretenue par les commerçantes véreuses qui n’en font qu’à leur guise, au mépris de la règlementation de la mercuriale par la municipalité de cette ville.

Pour ces consommateurs, les prix du taro, manioc, banane, voire des légumes est passé du simple au double, lorsque ce ne sont pas les quantités de ces différents produits très prisés par les consommateurs qui sont tout simplement réduites.

« Le problème des prix au marché de Lébamba nous touche sérieusement au point que plusieurs personnes vivant ici pour des raisons de services sont contraintes de réduire leur train de vie sur le plan alimentaire. Le panier de la ménagère a pris un sérieux coût. Nous constatons que ce problème est entretenu par les commerçants qui ne font qu’à leur tête, en dépit des nombreuses mises en garde de l’autorité municipale», a déclaré Raoul Mbadinga, habitant de Lébamba.

Pour certaines commerçantes indexées par les populations, ce comportement est la résultante d’une certaine loi sur la hausse des prix entretenu en silence par une catégorie de commerçantes qui ne veulent pas se conformer aux prix habituels.

« Je vous avoue que je vends au marché de Lébamba depuis plus de dix ans aujourd’hui et depuis, tout se passait bien. Mais nous avons été surpris par le comportement de nos sœurs congolaises, qui à leur arrivée ici en 2009, ont commencé à imprimer cette nouvelle tarification, tout en entrainant les autres. D’où ce problème qui affecte énormément aujourd’hui les consommateurs », a expliqué Marie-Claire Nyéngui, commerçantes à Lébamba.

Dans tous les cas, les consommateurs de cette localité ainsi que ceux du Gabon, en général qui affrontent depuis un certain temps les affres de la vie chère, restent accrochées à l’aboutissement des résolutions prises par le gouvernement visant à résorber ce phénomène de la cherté de la vie qui s’affiche ces derniers temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here