Les électeurs camerounais votaient dimanche pour une élection présidentielle à un tour où Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, faisait figure d’archi-favori face à ses 22 rivaux.

Les bureaux de vote qui ont ouvert à 08h00 (07h00 GMT) fermeront à 18h00 (17h00 GMT). La participation ne semblait pas très élevée dans la matinée à Yaoundé, la capitale.

L’issue du scrutin ne devrait pas être connue avant plusieurs jours, la commission électorale n’étant pas autorisée à diffuser de résultats partiels.
“Je suis venue remplir mon devoir de citoyenne et j’espère que tous les Camerounais feront de même, afin que la paix continue de régner dans ce pays”, a dit Marguerite Mbarga, une femme d’affaires d’une cinquantaine d’années, après avoir glissé son bulletin dans l’urne.

Le président sortant, 78 ans, fait face à une opposition divisée. Il a promis de consacrer le nouveau mandat qui se profile à peaufiner son héritage politique par de grands projets d’infrastructure et à désigner un successeur, déclarent des analystes.

En près de trente ans de pouvoir, Paul Biya a maintenu le Cameroun sur une voie relativement stable dans une région agitée, parfois aux dépens de la démocratie, selon ses adversaires.

Les derniers troubles majeurs ont eu lieu en 2008 lorsque le gouvernement camerounais a procédé à une réforme constitutionnelle visant à supprimer la limitation des mandats présidentiels et permettre ainsi à Biya de se représenter. La même année, des “émeutes de la faim” avaient éclaté en raison de la hausse des prix des aliments.

Le scrutin présidentiel de dimanche intervient quelques semaines après une alternance politique sans accrocs en Zambie, qui a montré que l’Afrique pouvait connaître des changements pacifiques par les urnes.

Mais Paul Biya semble devoir rester au nombre des dirigeants africains en place durant des décennies, même s’il voit décroître leur nombre.
“Il paraît probable qu’il remportera l’élection avant de gérer un transfert du pouvoir à mi-mandat – sous réserve que son état de santé ne nécessite pas une passation plus rapide et potentiellement explosive”, a déclaré Roddy Barclay, analyste au cabinet de consultants Control Risks, basé à Londres.

La campagne pour l’élection, que les rivaux de Biya estiment orientée contre eux depuis le début, a mis en évidence les divisions de l’opposition et des tensions illustrées la semaine dernière par un homme armé qui a bloqué un pont de Douala, la capitale économique, dans le cadre apparent d’une manifestation anti-Biya.

UN “IMMENSE CHANTIER” EN 2012

Outre sa production pétrolière, le Cameroun est le principal débouché portuaire et le grenier à céréales de la région. Il est le fournisseur du Tchad, de la République centrafricaine, de la République du Congo et du Gabon. Il abrite aussi l’oléoduc Tchad-Cameroun et héberge plusieurs milliers de réfugiés ayant fui des conflits régionaux.

“Dans un monde de plus en plus incertain, nous avons veillé à garder le cap là où beaucoup de pays, y compris certains des plus avancés, peinent à mener leur barque”, déclarait le président en septembre lors d’un congrès de son parti, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC).

Des médias et des opposants l’ont accusé de faire preuve d’un certain laxisme qui favoriserait la corruption et le népotisme. Le FMI a estimé que la prévision de croissance de 3,8% du Cameroun pour cette année était au-dessous de son potentiel.

Dans l’espoir de hisser son pays au niveau du Mexique ou de la Malaisie, Paul Biya s’est engagé dans une politique de grands travaux – routes, centrales électriques, ports en eau profonde.

“A partir de 2012, le Cameroun sera transformé en un immense chantier”, a-t-il dit en se référant à des projets hydroélectriques, à une centrale à gaz et à des centres de raffinage pétrolier.

“Les institutions démocratiques sont solides dans notre pays (…), la pauvreté va beaucoup baisser, nous allons connaître la stabilité, la paix et la prospérité. Tout ceci peut avoir lieu seulement si je suis réélu”, a poursuivi Paul Biya.

Le président sortant a pour adversaires 22 candidats d’opposition, parmi lesquels figurent son challenger John Fru Ndi, du Social Democratic Front (SDF), et Adamou Ndam Njoya, président de l’Union démocratique du Cameroun (UDC).

Le Cameroun compte environ 7,3 millions d’électeurs inscrits. Ils étaient cinq millions lors du scrutin de 2004 que Paul Biya avait remporté avec 70,92% des voix contre 17,40% à John Fru Ndi.

Avec Bate Felix à Dakar; Philippe Bas-Rabérin, Benjamin Massot et Guy Kerivel pour le service français

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here