Le Premier-Ministre gabonais Paul Biyoghé Mba rencontrera mercredi 12 octobre 2011, à la primature dans la salle du Conseil interministériel, tous les responsables des partis politiques toutes tendances confondues à quelques deux mois des élections législatives, indique un communiqué parvenu ce lundi au desk de GABONEWS.

L’ordre du jour n’a pas été communiqué. Selon le programme arrêté, les partis politiques de l’opposition regroupés au sein de l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR), de la Coalition des Partis Politiques de l’Opposition (CPPO), ainsi que ceux d’autres fronts de l’opposition seront les premiers à être reçus par le Chef du gouvernement.

Dans un second temps, Paul Biyoghé Mba recevra les partis politiques non signataires de la charte de la majorité tandis que les formations membres de la majorité républicaine pour l’émergence boucleront cette série de rencontres avec le Premier-Ministre.

Selon le communiqué, chaque responsable de parti se doit d’être accompagné de deux membres.

Cette année, le Gabon organise les élections législatives en vue du renouvèlement de l’Assemblée Nationale.

Réunie récemment en Assemblée plénière et dans le cadre des législatives 2011, la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente a arrêté au lundi 31 octobre prochain à 18 heures, la date limite de dépôt des déclarations de candidatures auprès des commissions électorales locales.

La même Commission a fixé l’ouverture de la campagne électorale au mercredi 7 décembre de la même année à minuit tandis que le scrutin se déroulera le samedi 17 décembre.

Lors d’un point de presse tenu, il y a quelques jours, l’opposition réunie à la résidence du président de Parti Social Démocrate (PSD), Pierre-Claver Maganga Moussavou, avait dénoncé les initiatives prises par la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), concernant la nomination des présidents des commissions provinciales et l’élaboration du calendrier électoral relatif aux prochaines législatives.

Selon l’opposition ces actes seraient entachés d’illégalité car la loi sur la base de laquelle ces décisions ont été prises ferait l’objet d’un recours devant la Cour Constitutionnelle. Ce qui n’est pas de l’avis de la CENAP ; son président, René Aboghé Ella estime quant à lui que tout se passe selon la loi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here