Dans les grottes gabonaises de la région d’Omboué vit une population de crocodiles nains, certains de couleur orange. L’Institut de recherche pour le développement (IRD) a mené sa deuxième campagne de découverte de ces surprenants habitants.

En 2010, une équipe de chercheurs a découvert, par hasard, une population de crocodiles nains de couleur orange dans ce réseau de grottes situé sur la côte du Gabon. La présence et la couleur de ces spécimens (Osteolaemus tetraspis) auparavant jamais aperçus dans des cavernes a éveillé l’intérêt des scientifiques qui ont dans un premier temps prélevé quelques spécimens afin d’identifier l’origine de cette coloration.

Les analyses ont montré que ces crocodiles étaient génétiquement différents des autres crocodiles nains présents au Gabon ce qui confirme leur isolement. Afin d’en découvrir un peu plus, l’IRD a mené une deuxième campagne d’exploration en aout 2011 avec trois objectifs : approfondir la description des cavités, échantillonner de nouveaux spécimens de crocodiles et compléter les prélèvements biologiques.

Les scientifiques ont capturé près d’une vingtaine de crocodiles dans les cours d’eau bordant le site d’étude, et près d’une quinzaine dans le réseau de grottes, permettant ainsi de disposer d’éléments de comparaison intra- et extra-site statistiquement significatifs. Les observations ont montré que les crocodiles cavernicoles se nourrissent exclusivement des organismes présents dans les grottes (criquets, chauves-souris), confirmant ainsi leur inféodation complète au milieu souterrain. Après avoir été marqués, les spécimens étudiés ont été relâchés sur leur point de capture.

Les premiers résultats tirés des observations de terrain confirment la divergence génétique de cette population de crocodiles cavernicole par rapport aux individus de la même espèce présents hors des grottes. Toutefois, de nombreuses questions restent en suspens, notamment quant à la durée et aux facteurs de leur isolement (climat, tectonique, peur de l’Homme…). D’autres missions pourront être organisées à l’avenir pour compléter cette étude préliminaire et effectuer un suivi à plus long terme.

J.I.
Sciences et Avenir
18/10/2011

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here