Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, signera dans les prochains jours, un Mémorandum d’entente avec le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), a déclaré le président de la commission nationale de cette entité, Anaclet Bissielo.

Ce document juridique précise quelles sont les obligations de l’Etat gabonais concernant ses engagements dans le cadre du processus de réalisation de son rapport d’évaluation sur la gouvernance. Il permet également à l’Etat de savoir ce qu’il est endroit d’attendre de la contribution du MAEP.

« C’est fort de la signature de ce document par le Chef de l’Etat que les missions d’évaluation propres au MAEP, viennent dans le pays », a souligné le président de la commission nationale du MAEP, Anaclet Bissielo.

Plusieurs parties prennent généralement part à ces travaux notamment, la société civile, les institutions constitutionnelles, le secteur privé, la population et les partis politiques.

Le Mémorandum d’entente avec le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs, est un instrument volontaire auquel adhèrent les Etats membres de l’Union africaine, il est destiné à fonctionner comme un mécanisme d’autoévaluation africain.

Dans ce sens, le MAEP a pour objectif principal d’encourager l’adoption de lois politiques, avec des normes et pratiques appropriées qui aboutissent à la stabilité politique, une croissance économique élevée, le développement durable et une intégration économique sous régionale et continentale accélérée.

Selon les spécialistes, cet objectif peut être atteint par le partage des expériences, le renforcement des meilleures pratiques qui ont fait leurs preuves et l’identification des insuffisances et l’évaluation des besoins pour améliorer les capacités.

Le MAEP a été lancé par l’Union Africaine lors de son sommet de Durban en 2002.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here