Bien avant le terme de l’année, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a réalisé une production de 3,4 millions de tonnes de manganèse contre 3,3 millions en 2010. Un chiffre en deçà des 3,7 millions de tonnes prévues en 2011, mais qui laisse penser que le plafond de 3,3 millions de tonnes atteint en 2008, sera crevé cette année.

Selon les chiffres communiqués le week-end dernier, au cours d’un dîner de gala clôturant les activités de la Sainte Barbe, le saint patron des mineurs, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a réalisé une production de 3,4 millions de tonnes de manganèse contre 3,3 millions en 2010.

«La Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a réalisé une production de 3,4 millions de tonnes de manganèse alors que l’année 2011 n’est pas encore achevée laissant croire que l’objectif de 3,5 millions de tonnes sera atteint», a indiqué le directeur des mines, Etienne Mvoula.

«La compagnie est en passe de réaliser une production record dans l’histoire du manganèse au Gabon. Le dernier record remonte à 2008 avec une production de 3,3 millions de tonnes», a-t-il poursuivi.

«Le chiffre de 3,4 millions de minerai produit représente 92% de l’objectif initiale. Les incidents du chemin de fer et des avaries sur le matériel ferroviaire ont freiné la cadence d’évacuation du minerai vers le port, et donc le niveau de production, à cause de la saturation des stocks à Moanda», a expliqué Etienne Mvoula.

Ce que soutient Claude Villain pour qui la révision à la baisse des prévisions à 3,5 millions de tonnes, se justifie par la succession d’incidents à la mine, à la laverie ou dans la chaine de transport qui induit du retard.

Unique entreprise gabonaise d’exploitation industrielle de minerai, la Comilog pourrait être rejoint dans un avenir très proche par le groupe australien BHP Billiton qui développement un autre gisement de manganèse dans la province du Haut-Ogooué (Sud-est) où est implantée Comilog depuis les années 60. Une société chinoise développe un autre gisement de manganèse à Ndjolé, 225 km au sud de Libreville. La mise en production de tous ces gisements pourrait propulser le Gabon au premier rang mondial de la production du manganèse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here