spot_imgspot_img

Paralysie partielle du port d’Owendo par des douaniers en grève

Le Syndicat national des agents des douanes (SNAD) a remis le couvert, le 14 février, pour un piquet de grève illimité qui a presque paralysé le port d’Owendo, principale vanne de l’entrée des marchandises au Gabon.

Le Syndicat National des agents des douanes (SNAD) a repris, le mardi 14 février 2012 à 12h00, le mouvement de grève d’avertissement, entamé le 19 janvier dernier et suspendu le lendemain.

Déclenchée en effet deux jours avant le lancement de la 28e Coupe d’Afrique des nations de football, abritée par le Gabon et la Guinée Equatoriale, cette grève a été aussitôt levée en vue de permettre le dédouanement du matériel nécessaire à cet évènement et l’accalmie durant la fête panafricaine du football.

Les membres du SNAD assurent, entretemps, avoir été reçus le 6 et le 9 février par la Direction générale des douanes gabonaises et, le 7 février à la Primature, par le conseiller et le directeur de cabinet du Premier ministre, tous deux douaniers à l’origine. Le porte-parole du SNAD précise que le Premier ministre ne figurant qu’en ampliation d’un courrier destiné au président de la République, la rencontre avec ses deux conseillers n’avait qu’un caractère informatif.

«Le SNAD a reconduit la grève générale et illimitée, car le Directeur général n’a point trouvé de solution par rapport aux revendications inscrits dans notre cahier de charges. Le Directeur général veut nous amener dans des négociations à travers des commissions qui d’ailleurs par le passé n’ont accouché que de souris», indique un membre du SNAD ayant requis l’anonymat.

Dans un cahier de charge déposé il y a plus de sept ans au ministère de tutelle, les grévistes réclament, entre autres, l’application de certains articles du code des douanes (134 et 137), l’adoption du statut particulier du corps des douanes, le règlement de la plus-value des recettes douanières, l’amélioration des conditions de travail des agents, le paiement des primes diverses, la construction de logements ou de casernes des douaniers.

Les Douanes gabonaises comptent trois syndicats qui n’ont cependant pas emboité le pas au SNAD. Ce qu’un douanier gréviste explique : «le second syndicat est le Synatrad, c’est un syndicat qui n’est pas toujours d’accord avec nous, parce que proche de la Direction générale dont il est une émanation. Et le dernier syndicat, Transparence, est celui du personnel contractuel qui compte les informaticiens, les chauffeurs, etc. ils n’ont pas les mêmes préoccupations que nous».

Le mouvement de grève a en tous cas été suivi au port d’Owendo, principale porte d’entrée des marchandises au Gabon. Un service minimum y est observé qui «permet aux vivres frais, aux produits dangereux, aux produits de la présidence de la République et aux derniers containers du Comité d’organisation de la CAN, d’être dédouanés», selon l’indication d’un gréviste à Owendo.

Les douaniers membres du SNAD n’entendent lever leur piquet de grève que si une prise en compte remarquable de leurs revendications est notée au niveau de leur ministère ou à celui du président de la République qui a été saisi par courrier.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES