Socialisez

FacebookTwitterRSSYoutube

Quand Laure Gondjout se fait bourreau de la République

Auteur/Source: · Date: 18 fév 2012
Catégorie(s): Commentaire,Diplomatie,Politique,Révélations

Il semblerait que le Gabon se soit trouvé un autre ennemi à ajouter à la liste de ceux qui, demain, auront des comptes à rendre aux Gabonais. Dans le groupe de ceux qui ont vendu le Gabon aux Bongo se tient maintenant la très esclavagisée, très animalisée et, donc, très diaboliquement bongoïsée Laure Gondjout. Dans le câble de Wikileaks ci-dessous révélant la pensée de l’Ambassade du Gabon à Libreville en 2009, l’Ambassade écrit:

« La répression actuelle est attribuée à la ministre de la Communication, Laure Gondjout. Un fervent partisan Bongo, son implication est considérée par certains comme la preuve que la sélection de ces publications [interdites] est directement liée à leurs liens avec les partis de l’opposition et des candidats à l’élection du 30 Août. »

Laure Gondjout est donc désormais à ajouter à la liste des bourreaux de la République, ceux qui sont prêts à tuer et martyriser des Gabonais pour assouvir leur incapacité à vivre autrement que suspendus comme des bébés aux seins de la République.

Le BDP-Modwoam prend note. Tout simplement.

Le texte ci-dessous résulte d’une traduction automatique par Google. L’original se trouve dans le lien direct vers Wikileaks, ci-dessous également.

INFO LOG-00-00 BEE AID-00-00 AMAD ACQ-00-00 CIAE INL-00 DNI-00-00 DODE WHA-00-00 PDI DS-00-00 EUR EAP-00-00 FBIE UTED-00 VCI -00 H-00-00 tede INR-00 IO-00 L-00-00 MOFM MOF-00-00 VCIE AEN-00 SNEA-00-00 ENCE OCI-00-00 BIG NIMA-00 PA-00-00 GIWI PRS-00 P-00 SP-00-00 IRM STR-00-00 trSE FMP-00 R-00-00 du SCRS CEA-00-00 DSCC PRM-00 DRL-00 G-00-00 SCA SAS-00 FA- 00 SWCI-00-00 PESU / 000W R 181412Z 9 novembre FM AMEMBASSY Libreville SECSTATE WASHDC 1535
Masquer tête UNCLAS LIBREVILLE 000510 SERVICE POUR AF / C LISA KORTE EO 12958: N / A Mots Clés: PGOV  [interne des affaires gouvernementales] , Phum  [droits humains] , KDEM  [démocratisation] , KCOR  [la corruption et la lutte contre la corruption] , KPAO  [Public Bureau des affaires] , PINS  [de la sécurité nationale] , SOCI  [Conditions sociales] , GB  [Gabon] , TP  [Sao Tomé et Principe] OBJET: GABON: plusieurs journaux indépendants sont suspendus pour «violations de l’éthique professionnelle »
 ¶ 1 (U) . Résumé: Après plusieurs mois d’un environnement plus ouvert de presse durant la transition politique du Gabon, le Conseil National de la Communication (CNC) a suspendu six journaux indépendants de un à trois mois pour « violations des principes d’éthique professionnelle. » Plusieurs des journaux suspendus ont été associés à des partis d’opposition et des candidats aux élections présidentielles qui ont couru contre Ali Bongo vainqueur, et ont critiqué le processus électoral et Bongo. Ministre de la Communication et Bongo allié Laure Gondjout conduit la répression, et peut également avoir eu des motifs personnels pour les suspensions. En fin de compte, qui règne dans la presse peut convenir au style exécutif fort d’Ali Bongo. Résumé Fin différée de réaction par le gouvernement et la critique des journalistes au cours de la transition
¶ 2. ( U) du Gabon du Conseil national de la Communication (CNC) sur Novembre 10 suspendu six journaux indépendants de un à trois mois à compter immédiatement pour « violations des principes de conduite professionnelle et l’éthique « pendant la transition politique après la mort en Juin 2009 de Pres. Omar Bongo. « Nku’u Le Messager » et « Le Crocodile » ont été suspendus pour un mois, « Le Scriboullard», «L’Ombre» et «La Nation» a reçu deux suspensions mois, et «Les Echos du Nord » a reçu un de trois mois la suspension. Deux autres publications privées, « Le Temps » et « Gabon d’Abord » a reçu un avertissement de maintenir des normes professionnelles. En outre, un appel en talk-show, « Entre Nous », sur la chaîne de télévision privée Canal Espoir station de a été suspendu indéfiniment pour « carences dans la modération du programme. »
¶ 3. ( U) Le porte-parole a déclaré que les CNC journaux suspendus passé sur des rumeurs et les insultes, étaient responsables de «journalisme paresseux», et créé des divisions ethniques. Un article cité de «Nku’u Le Messager » intitulé « Et la monarchie est installée au Gabon » a critiqué le processus électoral qui a abouti à la victoire électorale d’Omar Bongo fils, Ali Bongo. Avant l’élection du 30 Août, plusieurs des journaux accusés a invoqué des facteurs ethniques et autres qui pourraient déterminer le vainqueur de l’élection, et ont critiqué la succession du pouvoir au sein de la famille Bongo.
¶ 4. ( U) Les suspensions ont été largement critiquée par les ONG internationales concernées par la protection des libertés des journalistes. Norbert Ngoua, président de la République gabonaise privée de presse APPEL association et directeur de l’une des revues interdites, « Nku’u Le Messager », a déclaré dans une interview que le CNC n’a pas fourni de détails au sujet des violations des journaux des presse spécifiques, et les journalistes ne sont pas légalement autorisés à faire appel des suspensions. Retour à Media Control d’Omar Bongo ère?
¶ 5. ( SBU) Beaucoup de journalistes gabonais crois que les suspensions de refléter la l’engagement de la nouvelle administration gabonaise de continuer le contrôle Omar Bongo sur les médias. Avant sa mort, Omar Bongo utilisé suspensions de punir les journaux que les articles publiés critique du président, sa famille et sa richesse.
¶ 6. (SBU) La répression actuelle est attribué à ministre des Communications Laure Gondjout. Un fervent partisan Bongo, son implication est considérée par certains comme la preuve que la sélection de ces publications est directement liée à leurs liens avec les partis de l’opposition et des candidats à l’élection du 30 Août. « Nku’u Le Messager »et« Le Scriboullard « , par exemple, ont été plus politiquement orientée à la partie UPG (Union du peuple gabonais), dirigé par chef de l’opposition et la deuxième élection runner-up, Pierre Mamboundou. » L’Ombre « a été liée au parti au pouvoir transfuge et l’élection runner-up André Mba Obame, et il est répandu pour avoir payé pour des articles là-bas. « Les Echos du Nord » est associé à l’ancien vice-premier ministre et candidat à la présidence de Paul Mba Abessole du parti RPG (Rassemblement pour le Gabon). Plusieurs des journaux suspendus a présenté les vues de candidats de l’opposition à l’élection, et «Le Scribouillard» et «Le Crocodile» sont revues satiriques qui se tiennent fréquemment pour but de personnalités politiques du Gabon. Avantages Gondjout ministre de fonds des médias gouvernementaux
¶ 7. ( SBU) Dans De plus, plusieurs des journaux suspendus articles imprimés sur les avantages personnels ministre Gondjout en provenance de l’attribution de fonds publics pour les médias. FCFA 500 ​​millions (USD 1,13 million) est alloué chaque année par le gouvernement pour la presse écrite, et Gabonews, la presse Internet organisation qui est la propriété par le ministre Gondjout, a reçu une grande partie de ces fonds pour les deux dernières années. Pour certains observateurs, les suspensions a été l’occasion pour faire taire Gondjout ses critiques. Commentaire
¶ 8. (SBU) Nous avons été surpris que le CNC réprimé les journaux indépendants d’un mois après l’inauguration d’Ali Bongo. Comme indiqué précédemment, les médias du Gabon ouvert au cours de la transition politique et a présenté une analyse sérieuse des questions, les candidats, et le processus électoral. Même « L’Union », le quotidien journal qui présente des points de vue du gouvernement, a été critique de mauvaise manipulation des listes électorales et raté le jour du scrutin scrutin. Depuis l’inauguration, la presse a été globalement réceptif à plutôt que critique de réformes du gouvernement Bongo. Un facteur clé à jouer avec les suspensions peuvent être le effort de ministre de la Communication Gondjout pour retourner les médias à un environnement plus contrôlé que le Président fait des changements dans le gouvernement et le Gabon façon est exécuté. Bien que Bongo a promis de diriger un gouvernement plus efficace, il montre déjà des signes de le faire avec un main ferme qui est susceptible d’inclure régnant dans la presse.
Fin Commentaire.

BDP-Modwoam
P.O. Box 8401
Parsippany, NJ 07054
http://www.bdpgabon.org
Tél./Fax: (+1) 973-447-9763

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 fév 2012
Catégorie(s): Commentaire,Diplomatie,Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>