Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a affirmé lundi à Dakar que «la situation se dégrade très rapidement» au Mali, mais que «la France ne s'engagera pas militairement» dans ce pays. | (AFP/SEYLLOUU)

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé | (AFP/SEYLLOUU)Le ministère français des Affaires étrangères a indiqué lundi condamner le coup d’Etat mené par des militaires bissau-guinéens, qui s’est déroulé le 12 avril dernier.

“La France condamne le coup d’état perpétré par les forces armées bissau-guinéennes et appelle au rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel”, a affirmé le porte-parole du Quai d’ Orsay, Bernard Valero, lors d’un point de presse régulier.

Le diplomate français a également demandé que “l’intégrité physique des personnes détenues par les forces armées, en particulier le Président de la République par intérim, M. Raimundo Pereira et celui du candidat à l’élection présidentielle M. Carlos Gomes Junior, soit respectée et appelle à leur libération immédiate et sans condition”.

“La France soutient pleinement les initiatives de la CEDEAO afin que la Guinée-Bissao retrouve au plus vite sa stabilité”, a ajouté le porte-parole.

Une délégation de la CEDEAO était attendue lundi dans la capitale Bissau. L’organisation régionale est également très active sur le dossier de la crise au Mali, récemment confronté au double défi d’un coup d’Etat militaire et d’un mouvement sécessionniste touareg.

“Le ministre d’Etat s’entretiendra dans la journée de la situation en Guinée-Bissao avec le Président du Bénin, M. Thomas Boni Yayi, également Président de l’Union africaine”, a annoncé le diplomate français.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here