Guinée-Bissau: la junte prête à se défendre face à une force de l’ONU

En se concoctant une transition "démocratique" sur mesure, la junte et l'ex-opposition en Guinée-Bissau ont engagé un bras de fer avec l'Afrique de l'Ouest et les pays lusophones qui semblent déterminés à faire plier les putschistes, y compris par des moyens militaires. (c) Afp
La junte, qui a pris le pouvoir en Guinée-Bissau le 12 avril, s’est déclarée vendredi prête à « défendre l’intégrité » du pays en cas d’envoi, sous l’égide de l’ONU, d’une force militaire pour y rétablir l’ordre constitutionnel.

« La Guinée-Bissau n’acceptera pas une force d’interposition car la situation ne l’exige pas. Si on lui envoie une force, elle défendra son intégrité territoriale », a déclaré le lieutenant-colonel Daba Na Walna, au cours d’une conférence de presse convoquée quelques heures après le début d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Guinée-Bissau.

Les pays lusophones, au premier rang desquels le Portugal et l’Angola, ont plaidé devant le Conseil pour l’envoi d’une force mandatée par l’ONU afin de « rétablir l’ordre constitutionnel » dans le pays.

« Le temps est venu de dire non à la domination des armes sur les urnes », a lancé le chef de la diplomatie portugaise Paulo Portas, venu défendre une intervention dans cette ancienne colonie portugaise qui a connu le 12 avril son quatrième coup d’Etat militaire en moins de quinze ans.

Une éventuelle « force de maintien de la paix » ou « mission de stabilisation » pourrait intégrer des contingents d’Afrique de l’Ouest et de pays lusophones, notamment des soldats angolais déjà présents sur place dans le cadre d’un accord bilatéral de coopération.

« Ce qui est en cause, c’est le choix entre un Etat basé sur l’ordre constitutionnel ou un Etat-voyou basé sur le pouvoir du trafic de drogue », a affirmé le ministre portugais, qui a demandé des sanctions internationales contre les auteurs du coup et « ceux qui les appuient politiquement ».

Minée par une instabilité chronique, la Guinée-Bissau est devenue ces dernières années la plaque-tournante du trafic de cocaïne entre Amérique du sud et Europe, avec la complicité souvent dénoncée de la haute hiérarchie militaire et de certains reponsables politiques.

– « Usurpation de pouvoir » –

En annonçant jeudi, une semaine après le coup, un « transfert sans équivoque du pouvoir aux civils », la junte, qui maintient toujours en détention le président intérimaire Raimundo Pereira et le Premier ministre Carlos Gomes Junior, n’a guère convaincu.

Pire, l’alliance de circonstance entre l’armée et les anciens opposants au régime renversé a provoqué la colère des voisins de la Guinée-Bissau qui se sont sentis dupés par les militaires.

Ces derniers s’étaient engagés « par écrit » lundi à « se retirer pour permettre un retour immédiat à la normalité constitutionnelle », selon le président de la Commission de la Cédéao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) Désiré Ouédraogo.

Jeudi, faisant fi de leurs promesses, la junte et l’ex-opposition ont annoncé la nomination d’un nouveau président de transition en la personne de Manuel Serifo Nhamadjo, un dissident du parti au pouvoir éliminé au premier tour de la présidentielle du 18 mars, remporté par l’ex-Premier ministre Gomes Junior.

Le président du futur Conseil national de transition (CNT) a également été choisi. Il s’agit du vice-président du Parti de la Rénovation sociale (PRS) de Koumba Yala, principal opposant à Gomes Junior.

Qualifié pour le deuxième tour de la présidentielle initialement prévu le 29 avril, M. Yala avait refusé d’y participer arguant de « fraudes massives ».

La date de l’investiture des nouveaux organes de transition, prévue pour fonctionner deux ans, n’a pas été précisée.

En attendant, la Cédéao a affirmé qu’elle rejetait cette « usurpation de pouvoir » et fait savoir qu’elle ne reconnaîtra « aucune transition émanant de la junte ».

Les chefs d’Etat de la Cédéao se réuniront le 26 avril à Abidjan pour un sommet extraordinaire consacré aux crises en Guinée-Bissau et au Mali, autre pays de la région victime d’un coup d’Etat le 22 mars.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,335FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....