Le général de Brigade Nzoumba Ngondy Sébastien, récemment promu commandant en chef de la Sécurité Pénitentiaire et sa prédécesseuse à ce poste, le général d’Armée Edwige Nkeze, ont procédé à la passation de commandement ce jeudi à la prison centrale de Libreville, en présence de la ministre de la Justice, Garde des Sceaux, du gouverneur de l’Estuaire et de l’ensemble des agents de la Sécurité Pénitentiaire.

La cérémonie s’est déroulée en plusieurs étapes. Les séquences les plus symboliques en auront rrespectivement été la remise de l’étendard de la Sécurité Pénitentiaire par le Commandant en chef sortant à la Gardes des Sceaux, sa transmission par le membre du gouvernement au nouveau commandant en chef, qui l’a rendu au porte drapeau avant que ce dernier ne regagne son rang.

Autre tradition respectée , l’injonction de la Garde des Sceaux à l’ensemble des agents de la sécurité pénitentiaire : « officiers, sous officiers, agents et assistantes de la sécurité pénitentiaire, vous reconnaîtrez désormais pour votre chef, le Général de Brigade Nzoumba Ngondy Sébastien, ici présent, vous lui obéirez en tout ce qu’il vous commandera pour le bien du service, l’exécution des règlement militaire, l’observation des lois et le succès des armes du Gabon ».

La cérémonie de passation de service s’est achevée par un défilé militaire sous le regard admiratif de la Garde des Sceaux. Elle a en outre donné au nouveau promu de tester ses administrés et d’observer leur réactivité au commandement.

Le général de Brigade Nzoumba Ngondy Sébastien dirige désormais la Sécurité pénitentiaire après la générale d’Armée Edwige Nkeze, qui a passé 4 années à la tête de ce corps paramilitaire dont le Ministère de la Justice exerce la tutelle.

Avant sa nomination, le Général Nzoumba Ngondy Sébastien occupait le poste de Directeur des Etudes, du recrutement et de la Formation.

Un de ses défis sera assurément de contribuer à donner une coup d’accélérateur à la concrétisation du projet de construction de la future Prison Centrale de Libreville, pour remplacer le principal établissement du Gabon, depuis longtemps en profonde disparité avec les normes préconisées.

Construite en 1956 pour une capacité de, 300 places, l’actuelle Prison Centrale de Libreville abrite de nos jours près de 1500 détenus. Soit une moyenne de 5 détenus pour une place.

Un site avait pourtant été choisi depuis 2007 par les pouvoirs publics dans la banlieue sud de Libreville, pour construire une nouvelle prison aux normes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here