Gabon : La mauvaise conduite de Kamelie auto-école à Libreville

Gabon-Sécurité routière-L’Auto-école et les abus qui ternissent la profession

Elles sont nombreuses ces auto-écoles qui manquent de professionnalisme, n’honorent pas leurs engagements et se contentent d’empocher les sous des nouveaux conducteurs en quête du fameux sésame qu’est le permis de conduire qui leur permettrait de manœuvrer en toute confiance sur la voie publique.
Des séances de conduites trop espacées et des horaires non respectées à cause, en partie, du manque de parc automobile adéquat ou encore de l’absence de visibilité dans la programmation des cours dispensés qui conduit à une escalade de malversations dont se plaignent les élèves de Kamelie Auto-Ecole, située au quartier Nombakélé de Libreville.

Même si à Kamelie Auto-Ecole, l’on se rétracte derrière la légendaire et inappropriée formule : « nous sommes tous des Gabonais. On va s’arranger ! » pour justifier le manque de sérieux et de vocation dans cette profession, cette école déjà en difficulté devrait fermer définitivement ses portes.

Les demandes de remboursement des cours de conduites non exécutés semultiplieraient.

« Je déconseille fortement cette auto-école où le non-respect des horaires de conduite et des rendez-vous sont légion. En 30h de cours, je n’ai pas passé la 3ème vitesse », se plaint un jeune conducteur.

La prolifération anarchique d’auto-écoles au Gabon a alimenté l’insécurité routière, notamment dans une ville comme Libreville où le parc automobile a considérablement augmenté depuis 1994, sans que le réseau routier n’ait pu suivre cette évolution.

Si l’auto-école se définit comme un établissement d’enseignement de la conduite automobile, l’exercice de cette profession suppose la délivrance d’un agrément officiel et le respect du Code de la route.

Cette activité qui est habituellement exercée soit sous la forme d’une entreprise individuelle, soit d’une société commerciale imposant une immatriculation au Registre du commerce, a presque perdu de son essence au Gabon.

Un inspecteur de la Commission de la sécurité routière doit vérifier que les locaux d’une auto-école et les moyens mis à disposition pour l’enseignement sont conformes à la législation en vigueur. Ce qui n’est pas le cas à Kamelie Auto-Ecole.

Le moniteur d’auto-école a une lourde responsabilité. Une personne mal formée devient au volant un danger public.

Des candidats au permis de conduire se plaignent souvent du manque de sérieux dans la profession et certains moniteurs, en crise de motivation, témoignent de leur difficile condition de travail et les clients en pâtissent.

L’une des raisons invoquées par ces derniers est que les propriétaires ou gérant d’auto-écoles demanderaient aux moniteurs d’accélérer au maximum les cours, pour se débarrasser au plus vite du client, qui s’acquitte du forfait exigé et variant d’un établissement à l’autre.

Les voitures à Kamelie Auto-école sont en piteux état. Certaines ressemblent plus à des carcasses— qui tombent en panne en pleine séance de conduite— qu’à des outils de travail. Un établissement à déconseiller absolument.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....