Il nous revient de Libreville que nous aurions envoyé une certaine Diaspora Gabonaise nous représenter tant à titre associatif qu’en notre qualité de Gabonais vivant à l’étranger pour présenter aux gabonais une initiative d’organiser une conférence nationale souveraine.

La société civile représentée par le collectif « ça suffit comme ça », le BDP-Modwoam, la Diaspora Gabonaise Unie (Diagau), se sont déjà exprimés sur ce sujet en récusant la paternité de cette initiative qu’ils soutiennent par ailleurs, à ce fameux groupe.

A ce propos, il convient de souligner que la diaspora gabonaise est diverse et est organisée sous des groupes comme la Plateforme Citoyenne, la Coalition du Refus et de Salut National, la Diaspora Gabonaise Unie (Diagau), le Collectif des Gabonais de l’Etranger, etc. ; chacune des associations pouvant d’ailleurs justifiées son existence juridique par un récépissé de déclaration officiel auprès des autorités du pays de son siège.

Que ce groupe ait choisi de se constituer en un énième groupe diasporique avec la même vocation de rassemblement que les groupes préexistants susmentionnés est une bonne chose, mais qu’il prétende parler au nom de toutes ces diasporas est une imposture.

Aussi, le Collectif des Gabonais de l’Etranger, ONG de la Diaspora Gabonaise, reconnue le 14 mai 2003 par la Préfecture de Police de Paris, Récépissé de Déclaration n°03/001944-00159937, publication au Journal officiel du 21 juin 2003 réf : 0300251516-2120162L, dénie à ce groupe le pouvoir de parler au nom de toute la diaspora Gabonais et ne se reconnait pas dans leurs déclarations.

De plus, le Collectif des Gabonais de l’Etranger, demande à la CPPA de publier un communiqué pour calmer au plus vite cette cacophonie, au pire de récuser tout lien avec ce groupe, qui risque de nuire à l’image de l’opposition Gabonaise.

Enfin, le Collectif réaffirme son soutien aux leaders de l’UN dont il est proche, et à ceux de la CPPA pour la réalisation du plan « B » appelé plan Araignée qui préconise des seetings pour le départ pur et simple de l’imposteur Ali Bongo du pouvoir.

Fait à Paris le 29 août 2012.

Le Secrétaire Exécutif du Collectif
PETIT-LAMBERT OVONO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here