Les assises du réseau des parlementaires d’Afrique centrale de lutte contre le VIH/Sida, appuyé par l’assemblée parlementaire de la Francophonie qui ce sont achevées mercredi, à Libreville, ont abouti entre autres, à la création d’une agence africaine de réglementation des médicaments en vue d’accélérer de la mise sur le marché des médicaments offrant une meilleure qualité.

Hormis cette recommandation, le réseau des parlementaires a émis le souhait que les africains s’approprient les investissements du développement et l’avènement rapide d’une production pharmaceutique locale. Mais aussi l’accentuation des mesures préventives, le renforcement des systèmes de santé et la contextualisation des textes de loi.

Les participants ont dressé par ailleurs constat sans complaisance des politiques misent en place pour lutter contre cette pandémie. Ils ont clairement dénoncé l’assèchement des fonds dévolus à la riposte contre le VIH/Sida, la dépendance financière du continent pour mener ce combat, mais aussi la mauvaise qualité des médicaments administrés aux malades.

‘’La lutte contre le VIH/Sida est une bataille et les soldats les mieux équipés sont les parlementaires, au regard du rôle essentiel que vous menez dans vos parlements respectifs lors de l’examen du budget de chaque année’’, a lancé, le premier vice-président du Sénat gabonais, Léonard Andjembé à la clôture des travaux.

Le réseau des parlementaires de lutte contre le VIH/sida en juillet 2000 à Yaoundé (Cameroun) dans le cadre d’une résolution sur le renforcement de la lutte contre cette pandémie initiée lors de la 16ème session ordinaire de l’assemblée parlementaire de la Francophonie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here