François Hollande (ici au côté du président sénégalais Macky Sall) a rappelé que « le temps de la Françafrique est révolu ». AFP

François Hollande (ici au côté du président sénégalais Macky Sall) a rappelé que « le temps de la Françafrique est révolu ».
AFP
François Hollande avait prévenu jeudi soir : « Je ne viens pas faire un discours pour effacer un précédent, je viens prononcer un discours pour écrire avec l’Afrique une nouvelle page. »

Effectivement, son « discours de Dakar », cinq ans après celui, très controversé, de Nicolas Sarkozy prononcé le 26 juillet 2007 dans la même ville et au cours duquel il avait parlé du « drame » de « l’Homme africain (qui) n’est pas assez entré dans l’histoire », a essentiellement été tourné vers l’avenir.

Le président français a certes évoqué la « grande histoire commune » liant la France et le Sénégal, mais il a martelé qu’il était « temps de tracer l’avenir ».

L’Afrique, a-t-il assuré devant les parlementaires sénégalais, si elle parvient « à faire vivre pleinement la démocratie » sera « le continent où se jouera l’avenir même de la planète » puisque « c’est une terre d’avenir […] au potentiel exceptionnel » et puisque « les réponses essentielles passent déjà par votre continent ».

Le Mali « où nous sommes obligés d’agir »

Confiant dans le potentiel continental, François Hollande n’a pas pour autant escamoté les défis africains. Il a énuméré la longue liste des « menaces » et des « périls » auxquels est confrontée l’Afrique : les crises alimentaires, les inégalités, les changements climatiques, les trafics, les conflits armés…

Il a aussi cité « le fondamentalisme » et les « dérives identitaires ». Une transition idéale pour parler de la crise dans ce Nord-Mali « où nous sommes obligés d’agir », parce que « les horreurs actuelles ne peuvent plus se poursuivre ».

François Hollande, qui a rappelé que le conseil de sécurité de l’Onu se penchait, au moment même où il parlait, sur le texte de la résolution proposée par la France, a ajouté que « cette Europe », tout juste récompensée d’un prix Nobel de la paix, « doit faire la paix en Afrique ».

Est-ce un indice que le soutien occidental à la force ouest-africaine, dont le déploiement est dans les cartons depuis plusieurs mois déjà, pourrait être européanisée ? Interrogé, hier matin, sur ce sujet, Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, a estimé que ce serait souhaitable.

Enfin, et il ne pouvait pas en faire l’économie, François Hollande a rappelé que « le temps de la Françafrique est révolu : il y a la France, il y a l’Afrique, il y a le partenariat entre la France et l’Afrique, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here