Intégrer les civiles dans les opérations de maintien de la paix

Les experts de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), sont réunis, depuis lundi à Libreville, pour discuter sur la nécessité d’intégrer les civiles au sein de la force multinationale de l’Afrique centrale (FOMAC).

La rencontre de Libreville ainsi que celles tenues précédemment, 2011 à Kinshasa (RDC) en 2011, sont une réponse aux instructions de l’Union Africaine qui exigent que les écarts existants entre la composante militaire, civile et policière soient réduits d’ici 2014-2015. Il est reconnu jusqu’ici que seule la composante militaire a une expérience en matière d’opération du maintien de la paix.

‘’Pour rendre efficace les missions à mener, l’implication des femmes, des enfants et des hommes, principales victimes des guerres, dans les missions de maintien de paix s’avère indispensable’’, a indiqué le conseiller juridique du CEMR et chef de la composante civile de la FOMAC Nthanga Oyougou.

Il se propose, au cours de cette rencontre, d’approfondir les réflexions de Kinshasa aux fins de faire des recommandations appropriées sur notamment ‘’l’accélération de son processus de formatage et sur la mise en place au niveau des Etats membres des mécanismes de mobilisation des civils ainsi que leur déploiement dans les missions de paix d’autre part’’.

Les experts de la Ceeac vont donc examiner les différents concepts arrêtés lors des précédentes réunions afin qu’il débouche sur l’élaboration d’un document synthèse qui tiendra compte de la présence des civile au sein de la force multinationale de l’Afrique centrale.

Il s’agira de faire d’abord un état des lieux sur le processus d’élaboration du concept civil de la FOMAC avant de faire des propositions sur les effectifs de la composante civile et les priorités de son action.

Il sera, enduite, question d’examiner et de définir les profils de postes proposés par l’Union Africaine (UA) par rapport au contexte de la CEEAC, d’étudier les mécanismes au vue de rendre disponible les experts par les Etats membres et enfin de sensibiliser les participants sur le processus de mise en place du vivier des experts.

La rencontre de Libreville reste l’initiative de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) appuyée par la 2ème programme d’Appui de l’Union européenne à la CEEAC en matière de paix et de sécurité (PARSII).

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Modèle de lettre du policier, gendarme et soldat patriotes

Voici la lettre type que nos policiers, gendarmes et soldats peuvent utiliser pour leur démission. Remplacez les éléments en gras souligné avec l’information qui...

Gabon: deux morts dans des manifestations contre les mesures anti-Covid

Des heurts entre la police et des manifestants qui participaient au concert des casseroles pour exiger l’allègement des décisions du gouvernement contre la propagation...

RDC: des policiers désormais en charge de la sécurité des résidences de Joseph Kabila

La garde rapprochée de l’ex–président Joseph Kabila démilitarisée en pleine crise avec son successeur Felix Tshisekedi. Désormais, ce sont des policiers qui assureront la...

Covid-19: les Gabonais sortent les casseroles pour protester contre le confinement

Au Gabon, concerts des casseroles à Libreville et dans plusieurs villes du pays. Démarré timidement mercredi, le mouvement a pris de l’ampleur la nuit...

Coronavirus: l’Afrique franchit officiellement la barre des 100 000 morts

L'Afrique, qui subit une seconde vague de coronavirus, a passé la barre des 100 000 morts depuis le début de la pandémie. Mais le...

Jusqu’où ira l’escalade entre le Soudan et l’Éthiopie ?

Les deux nations semblent avoir fait un pas de plus vers la guerre alors que leur différend frontalier dure depuis maintenant trois mois. Après...

Suivez-nous!

1,710FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES