Le chikungunya est de retour à Libreville

Apparue à Mouila, dans la Ngounié (sud du Gabon), l’épidémie de chikungunya serait, en quelques jours, arrivée à Libreville. A en croire le ministère de la Santé, pas moins de 150 cas suspects ont été enregistrés à l’hôpital régional de Melen.

Le moustique Tigre, vecteur du chikungunya – © D.R.

«Du point de vue clinique, cette affection laisse fortement suspecter une épidémie de chikungunya», a affirmé le 12 décembre à la télévision nationale, Marie Josée Ndombi, conseiller en communication du ministère de la Santé, soulignant que «des prélèvements sont en cours d’examen pour établir avec certitude l’origine de l’épidémie de fièvre, céphalées, courbatures et douleurs articulaires qui sévit à Libreville».

Fin novembre, le ministère de la Santé avait reconnu l’existence d’une épidémie de chikungunya dans la ville de Mouila, à 450 km au Sud de Libreville. A Mouila comme à Libreville, les malades se plaignent des mêmes symptômes à savoir paralysie partielle des membres inférieurs, douleurs abdominales, fièvre, grippe et maux de tête.

Le chikungunya est une maladie infectieuse tropicale, due à un arbovirus (noté CHIKV, pour chikungunya virus), un alphavirus de la famille des Togaviridae, transmise par des moustiques du genre Aedes, appelés aussi moustique tigre. La maladie occasionne de très fortes douleurs articulaires associées à une raideur, ce qui donne aux patients infectés une attitude courbée très caractéristique.

La transmission du virus d’un humain malade à un moustique se fait par le sang aspiré lors de la piqûre. La contamination d’un homme sain est réalisée par la salive de moustiques qui ont été infectés quelques jours ou quelques semaines auparavant. Seules les moustiques femelles piquent.

Selon le directeur régional de santé (DRS) de la province de la Ngounié, le Dr Jean René Guikoumi, le chikungunya se soigne comme une maladie virale, avec du paracétamol associé aux anti inflammatoires, surtout du magnésium, pour atténuer les douleurs. «En dehors du traitement curatif, il faut faire la prévention», a indiqué ce dernier.

A ce titre, le gouvernement conseille de porter des vêtements longs le soir, de dormir sous une moustiquaire imprégnée et de détruire tous les gites à moustiques, en particulier les eaux stagnantes. C’est la seconde fois que chikungunya touche le Gabon après une première épidémie qui s’était déclarée en 2007, où plus de 21 000 Gabonais auraient été contaminés.

Le chikongunya n’est véritablement dangereuse que pour les petits enfants et les personnes âgées, mais c’est une infection très douloureuse qu’il vaut mieux éviter. Dès les premiers symptômes, en particulier des fièvres associées à des douleurs articulaires, il est impératif de se rendre dans un centre de santé ou chez son médecin afin de traiter au plus vite la maladie.

Article précédentL’ANTT tente de s’arrimer aux normes internationales Libreville a abrité le 12 décembre dernier un atelier projet de renforcement institutionnel des membres de l’organisation internationale de normalisation (ISO) dont fait partie le Gabon. L’ANTT a pour mission d’assurer les travaux de normalisation, d’accréditation et de certification au Gabon – © Gabonreview.com Ce projet a pour but d’aider l’agence de normalisation nationale à augmenter sa participation dans les travaux d’élaboration, d’adoption et de mise en œuvre de normes internationales dans les secteurs prioritaires. En d’autres termes, cette rencontre était axée autour de l’arrimage de l’agence de normalisation de transfert de technologie (ANTT) aux normes internationales. Les travaux ont été dirigés par Tidzani Malem, directeur général de l’ANTT, en présence notamment de la responsable du pôle développement de l’Association française de normalisation (Afnor), Elisabeth Barzykowski. «L’appui institutionnel de l’Afnor inclus la formation et le conseil en matière de normalisation, de parrainage donnant droit de participer aux réunions de groupes technique de l’ISO», a indiqué cette dernière, relayé par l’AGP. Selon Elisabeth Barzykowski, la métrologie, la normalisation et l’évaluation de la conformité sont des trois piliers distinct, interdépendant et inter-reliés de l’infrastructure qualité. Ils sont essentiels pour développer une infrastructure fiable qui participer pleinement et entièrement au commerce international et satisfait les exigences techniques. Si la métrologie désigne une création de mesures exacte, fiable, traçable, basées sur les exigences de la performance dans les normes, la normalisation, quant à elle, sert de base technique pour le commerce des produits finis et des services entre acheteurs et vendeurs, en moyen de faciliter la conformité à la réglementation technique. L’évaluation de la conformité, pour sa part, renvoie au respect des exigences spécifiques relatives à un produit, un système, une personne ou un organisme. «Les normes internationales garantissent des produits et services sûrs, fiables et de bonne qualité. Elles sont, pour les entreprises, des outils stratégiques permettant d’abaisser les coûts en augmentant la productivité tout en réduisant les déchets et les erreurs», a rappelé la responsable du pôle développement de l’Afnor, soulignant que «ces normes ouvrent l’accès à de nouveaux marchés et établissent des règles du jeu équitables pour les pays en développement et facilitent le libre-échange et le commerce équitable dans le monde». L’ANTT est un établissement public à caractère commercial et industriel qui a pour mission d’assurer les travaux de normalisation, d’accréditation, de certification, de promouvoir la qualité dans les activités productives et de mettre en place un cadre propice au développement de la métrologie. Elle est également chargée de la promotion de la politique nationale en matière de normalisation, de management de la qualité et de transfert de technologies.
Article suivantL’hôpital Schweitzer concocte un vaccin contre le paludisme

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Modèle de lettre du policier, gendarme et soldat patriotes

Voici la lettre type que nos policiers, gendarmes et soldats peuvent utiliser pour leur démission. Remplacez les éléments en gras souligné avec l’information qui...

Gabon: deux morts dans des manifestations contre les mesures anti-Covid

Des heurts entre la police et des manifestants qui participaient au concert des casseroles pour exiger l’allègement des décisions du gouvernement contre la propagation...

RDC: des policiers désormais en charge de la sécurité des résidences de Joseph Kabila

La garde rapprochée de l’ex–président Joseph Kabila démilitarisée en pleine crise avec son successeur Felix Tshisekedi. Désormais, ce sont des policiers qui assureront la...

Covid-19: les Gabonais sortent les casseroles pour protester contre le confinement

Au Gabon, concerts des casseroles à Libreville et dans plusieurs villes du pays. Démarré timidement mercredi, le mouvement a pris de l’ampleur la nuit...

Coronavirus: l’Afrique franchit officiellement la barre des 100 000 morts

L'Afrique, qui subit une seconde vague de coronavirus, a passé la barre des 100 000 morts depuis le début de la pandémie. Mais le...

Jusqu’où ira l’escalade entre le Soudan et l’Éthiopie ?

Les deux nations semblent avoir fait un pas de plus vers la guerre alors que leur différend frontalier dure depuis maintenant trois mois. Après...

Suivez-nous!

1,711FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES