Sherpa lâche Areva

Engagée notamment dans le combat de l’indemnisation des anciens travailleurs de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf) à Mounana, l’association Sherpa vient d’annoncer la fin de sa collaboration avec Areva. Un changement de position radicale du géant minier français aurait motivé la décision de l’association.

Luc Oursel, nouveau PDG d’Areva, ne semble pas vouloir respecter les engagements de son prédécesseur © Reuters/Philippe Wojazer

«Aujourd’hui, l’association Sherpa annonce son retrait des accords passés avec Areva en 2009, (notifié par courrier adressé le 17 décembre à Monsieur Luc Oursel) ; cette décision ayant été prise, après consultation et en accord avec ses partenaires nigériens et gabonais, ainsi qu’avec l’Association des anciens travailleurs de Mounana», annonce un communiqué publié le 18 décembre.

Le 10 juin 2009, après deux ans de négociation, poursuit le texte, Sherpa et l’association des anciens travailleurs de Mounana avaient obtenu d’Areva la signature de deux accords. Le premier concernait la mise en place d’observatoires de santé sur les sites miniers de Mounana et d’Arlit au Niger, afin de prévenir la survenance de risques, notamment sanitaires, liés à l’exploitation de l’uranium.

Le second accord concernait l’indemnisation des anciens collaborateurs africains ou français du groupe Areva (et sous-traitants), ayant travaillé sur les sites miniers du Niger et du Gabon et ayant contracté des pathologies liées à leur activité professionnelle.

Face aux obstacles judiciaires quasiment insurmontables, Sherpa a accepté – en concertation étroite avec la société civile locale – de favoriser une solution pragmatique, en particulier avec l’objectif de permettre l’indemnisation des travailleurs africains concernés pour lesquels il n’existe aucun recours devant un juge local ou français.

«L’exécution partielle des accords a permis, après que Sherpa et ses partenaires africains ont, à plusieurs reprises, demandé à Areva d’assumer pleinement le respect de ses engagements avec la mise en place de manière effective des Observatoires de santé sur les sites de Mounana et d’Arlit et l’indemnisation deux familles d’expatriés français», indique le communiqué

Or, regrette Sherpa, «la nouvelle direction d’Areva avait réduit pour l’essentiel l’exécution des accords à une opération de communication, sinon d’affichage. En effet, l’arrivée de Monsieur Luc Oursel à la tête du groupe a correspondu à un changement de la culture de l’entreprise en termes de développement durable, et par conséquent à la remise en cause de la capacité d’Areva de respecter la lettre et l’esprit des accords de 2009».

L’association déplore notamment le fait que «le processus d’indemnisation (…) n’ait bénéficié à aucun travailleur nigérien ou gabonais alors même que la situation médicale de plus d’une centaine d’entre eux a été examinée» ; «la décontamination du site de Mounana, dont l’exploitation a cessé en 1999, promise par Madame Anne Lauvergeon, est en panne» ; «la perte de l’interlocuteur principal au sein du groupe Areva, fait que la société semble même aujourd’hui se dédouaner des engagements pris par cette personne».

Par ailleurs, poursuit le texte, le désengagement de fait d’Areva, alors même que ces accords inédits et uniques avaient vocation à se décliner dans un secteur industriel trop souvent marqué par un mépris du droit des populations locales et de l’environnement, est tout à fait regrettable. «Sherpa va réfléchir avec ses partenaires aux initiatives qui pourraient être prises dans les prochains mois aux fins de répondre à leurs attentes», conclut le communiqué.

En janvier dernier, l’Observatoire de la santé de Mounana, lancé le 19 octobre 2010 suscitait déjà la suspicion des habitants de la ville minière. Un an après les premiers prélèvements sanguins et radios pulmonaires, aucun patient n’avait encore reçu les résultats de ses examens médicaux. Nombreux soupçonnaient donc le médecin chargé des entretiens d’avoir reçu des consignes spécieuses d’Areva, surtout que le Dr Angélique Kombila, qui avait commencé ce travail, a été renvoyée sans raisons officielles.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Modèle de lettre du policier, gendarme et soldat patriotes

Voici la lettre type que nos policiers, gendarmes et soldats peuvent utiliser pour leur démission. Remplacez les éléments en gras souligné avec l’information qui...

Gabon: deux morts dans des manifestations contre les mesures anti-Covid

Des heurts entre la police et des manifestants qui participaient au concert des casseroles pour exiger l’allègement des décisions du gouvernement contre la propagation...

RDC: des policiers désormais en charge de la sécurité des résidences de Joseph Kabila

La garde rapprochée de l’ex–président Joseph Kabila démilitarisée en pleine crise avec son successeur Felix Tshisekedi. Désormais, ce sont des policiers qui assureront la...

Covid-19: les Gabonais sortent les casseroles pour protester contre le confinement

Au Gabon, concerts des casseroles à Libreville et dans plusieurs villes du pays. Démarré timidement mercredi, le mouvement a pris de l’ampleur la nuit...

Coronavirus: l’Afrique franchit officiellement la barre des 100 000 morts

L'Afrique, qui subit une seconde vague de coronavirus, a passé la barre des 100 000 morts depuis le début de la pandémie. Mais le...

Jusqu’où ira l’escalade entre le Soudan et l’Éthiopie ?

Les deux nations semblent avoir fait un pas de plus vers la guerre alors que leur différend frontalier dure depuis maintenant trois mois. Après...

Suivez-nous!

1,728FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES