La France va débloquer 7,2 milliards de FCFA destinés à la préservation de la biodiversité dans trois parcs nationaux du Gabon, ceinturant Libreville, la capitale du pays.

L’accord a été signé mercredi entre le gouvernement gabonais, représenté par le ministre de l’Economie et du développement durable, Luc Oyoubi et le chargé d’affaires à l’ambassade de France au Gabon.

L’enveloppe servira à financer, l’arboreteum Raponda Walker (ex forêt classée de la Mondah), le parc national Akanda ( gîte d’oiseaux migrateurs) et le parc national de Pongara, considéré comme l’un des sanctuaires des tortues marines sur la côte atlantique.

‘’ Ces sites ont été choisis parce qu’ils sont plus proches de Libreville et les plus menacés par l’activité humaine suite à l’extension anarchique de la capitale gabonaise vers zones riches en biodiversité’’, a expliqué à la presse un expert de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN).

L’enveloppe permettra d’aménager des routes, des pistes, des ponts en pleine forêt pour en faciliter les activités d’écotourisme et de protection durable de forêt. Elle permettra également de créer un centre d’éducation à la culture environnementale au profit des jeunes.

‘’Le projet durera 5 ans dès la signature de l’accord’’, a affirmé le directeur général de l’Agence française de développement (AFD), François Parmentier, ajoutant que l’argent est déjà disponible dans un compte ouvert à la Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale (BEAC).

Le financement a été possible grâce à un accord de conversion de dettes, signé par la France et le Gabon le 29 janvier 2008 pour un montant de plus de 32,8 milliards de Francs CFA (50 millions d’euros) hors intérêts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here