Pour célébrer le 77e anniversaire de feu le président Omar Bongo Ondimba, l’Association des Diabétiques du Gabon et le Centre de Réadaptation et d’Appareillage pour Handicaps, avec le soutien de la Fondation Omar Bongo Ondimba pour la paix, la science, la culture et l’environnement, ont organisé le dimanche 30 décembre 2012, des consultations de dépistages gratuits du diabète et de l’hypertension.

Florence Yélé, coordinatrice des activités de la Fondation Omar Bongo Ondimba © Jordan/Gabonreview

Né le 30 décembre 1935 et décédé le 8 juin 2009, le président Omar Bongo Ondimba aurait eu 77 ans ce dimanche. C’est pour commémorer la naissance de «cet homme au destin exceptionnel, un grand homme d’Etat, un homme de dialogue, de tolérance, empreint de générosité et épris de paix», dixit Florence Yélé, coordinatrice des activités de la Fondation Omar Bongo Ondimba pour la Paix, la Science, la Culture et l’Environnement, dans son discours introductif, que ces structures ont uni leurs efforts pour offrir des consultations gratuites aux personnes désireuses de connaître leur statut face au diabète et à l’hypertension. Au Centre d’Accueil St Joseph d’Agondjè, des médecins et membres du personnel paramédical ont été mobilisés pour répondre aux doléances des patients qui ont fait le déplacement.

Selon Florence Yélé, cette commémoration a été axée sur le diabète pour des raisons avérées. «Les campagnes de sensibilisation, pourtant multiples, menées par l’Association des Diabétiques du Gabon et son partenaire le Centre de Réadaptation et d’Appareillage pour Handicaps, en abrégé Craph, n’ont pas encore, à notre avis, drainé assez de monde. Preuve que cette maladie semble être prise à la légère» a-t-indiqué avant de relever qu’«il importe pour la Fondation de continuer à apporter son soutien dans leur lutte permanente pour une meilleure prise de conscience, une meilleure prise en compte, une meilleure prise en charge de cette pathologie dont les complications sont redoutables et qui connaît une progression inquiétante au sein de nos populations».

Le docteur Jean Emmanuel Ecke Nzengue © Jordan/GR

Le docteur Jean Emmanuel Ecke Nzengue, cardiologue, directeur du Programme de lutte contre les maladies métaboliques, qui a pris part à ces dépistages, a indiqué concernant la prévalence, que les statistiques de la maladie qui existent dans le pays ne sont que parcellaires. «Il n’existe pas de statistiques fiables en tant que tel parce que nous n’avons pas d’étude de prévalence nationale. Mais nous avons ce qu’on appelle les taux de prévalence parcellaires», a-t-il dit avant de relever que «les maladies non transmissibles sont en train de prendre le pas sur les maladies infectieuses. Ceci parce que pendant longtemps, on a pensé qu’elles n’existaient pas ou qu’elles n’existaient que très peu».

En outre, on note que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait indiqué, il y a trois ans, qu’une personne sur trois souffrait d’hypertension au Gabon. Dans ce contexte, il a invité à consulter si l’on ne connait pas encore son état, à manger moins salé et peu sucré et à pratiquer des exercices physiques afin d’éviter des surprises désagréables.

Pour sa part, le président de l’association des diabétiques du Gabon, Michel Ndongou-Mbotsou, a salué l’appui de la Fondation Omar Bongo Ondimba tout en rendant hommage à la mémoire du président Omar Bongo Ondimba. Des personnes diabétiques amputées de la jambe, ont, à cette occasion, reçu des prothèses qui faciliteront leurs déplacements et leur permettront de mieux vaquer à leurs occupation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here