Marc Ona le 6 mars 2013
Marc Ona le 6 mars 2013
Un défenseur de l’environnement très en vue au Gabon a été condamné à six mois de prison pour diffamation, a annoncé vendredi son avocat.

Marc Ona Essangui était poursuivi pour avoir déclaré à la télévision que le directeur de cabinet du président Ali Bongo contrôlait en secret Olam Gabon, filiale de la société singapourienne, qui produit du bois, du caoutchouc et de l’huile de palme.

Liban Souleymane a nié cette accusation et porté plainte pour diffamation devant un tribunal de Libreville, qui lui a donné gain de cause en prononçant une peine de six mois de prison et 5 millions de francs CFA (environ 7.650 euros) de dommages et intérêts.

“Je regrette cette décision contre mon client, qui ne faisait que jouer son rôle de contre-pouvoir”, a réagi l’avocat, qui entend faire appel. Le procureur avait réclamé un an de prison ferme.

Figure de la société civile, Marc Ona Essangui avait déjà été emprisonné brièvement en 2008 après avoir réclamé davantage de transparence dans la gestion des affaires publiques gabonaises.

Lors de sa comparution devant le tribunal le 9 mars, sur sa chaise roulante, il avait déclaré: “Si c’était à refaire, je dirais la même chose!” (Joe Bavier; Tangi Salaün pour le service français)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here