Lettre ouverte au peuple gabonais quant aux crimes rituels avilissant l’image du Gabon et de l’humanité 

Dr Jacques Janvier Rop's Okoué Edou, Secrétaire Exécutif Adjoint du BDP-Modwoam chargé des Affaires Économiques,  du Développement et de la Mondialisation
Dr Jacques Janvier Rop’s Okoué Edou, Secrétaire Exécutif Adjoint du BDP-Modwoam chargé des Affaires Économiques, du Développement et de la Mondialisation

Chers compatriotes,

Face au phénomène satanique des crimes rituels sévissant actuellement au Gabon, l’intellectuel et activiste politique gabonais que je suis, ne pouvais pas ne pas être interpellé pour dénoncer avec la plus grande énergie cette barbarie qui s’abat sur nos parents (mères, filles, pères, frères…), endeuille et afflige les familles gabonaises.

Aussi, c’est avec beaucoup de gravité que je vais vous livrer mon sentiment sur les « crimes rituels » ternissant actuellement l’image du Gabon que des « étrangers étranges » ont décidé de prendre en otage telle une horde de vampires assoiffés de sang humain, aidés en cela par quelques traîtres thuriféraires autochtones sans vision aucune pour notre beau et cher pays.

Chers compatriotes,

Depuis l’arrivée d’Ali Bongo 9% au pouvoir avec effraction et assassinat de dizaines de gabonais à Port-Gentil, nous constatons une recrudescence importante des crimes abominables rituels dont nos filles, mères, frères, sœurs, oncles, tantes… sont d’innocentes victimes.

Ainsi, selon les statistiques collectées par l’association de lutte contre les crimes rituels (ALCR) et son président J.E. Ebang Ondo, l’on a dénombré 42 cas d’homicides avec ablation d’organes en 2009 (année d’arrivée au pouvoir du criminel A. Bongo 9% par coups d’états électoral et constitutionnel), 37 cas en 2010 et 62 cas en 2011.

Si ce phénomène macabre existait déjà du temps de Bongo père, il a par contre pris une expansion inquiétante avec Bongo fils au sens où en l’espace de 90 jours seulement de l’année 2013, l’ALCR dénombre déjà 33 cas de crimes sataniques.

Si ce phénomène lugubre existait déjà du temps de Bongo père, il a par contre connu une hausse exponentielle avec Bongo fils au sens où une régression linéaire de ce fait social exécrable (Y = crimes rituels = CR ) sur le temps (X = années = T) révélerait un fort coefficient de corrélation linéaire positif (r = 0,95), un fort coefficient de détermination (r2 = 0,9025) et un coefficient de régression positif (a = 1,76) obtenu à partir d’une droite de régression (CR = f(T) = aT + b = 1,76T + 218,48)) de type affine (Y = f(X) = aX + b avec Y = CR et X = T ici) selon la méthode des moindres carrés ordinaires (MCO).

De la sorte, ce phénomène ignominieux des « crimes rituels » fait du Gabon, un État barbare et de Libreville, la capitale mondiale de l’anthropophagie ou du cannibalisme selon.

Chers compatriotes,

Il faut que l’on se dise les yeux dans les yeux, les commanditaires de ces « crimes rituels » sont les « big men et women » du pouvoir satanique PDG en place ; lesquels ont aliéné leurs âmes à Samaël pour de petits intérêts éphémères terrestres.

Ces criminels du régime luciférien au pouvoir ont fait fi, depuis Bongo père, de la valeur « travail » qui, selon A. Smith (père de l’économie moderne), est la cause véritable de la richesse des nations et des hommes pour ériger le cannibalisme, la pédophilie, l’inceste (filles, fils, mères, pères…), le vaudouisme, le vol, le viol, l’occultisme… comme modes d’ascension sociale rapide ce, à l’aulne de stupides aphorismes du style « il vaut mieux mourir jeune mais riche que vieux et pauvre » ou « je peux faire d’un chien, un ministre et inversement, d’un ministre, un chien »…

Ces satanistes et criminels du régime au pouvoir, non contents de déjà piller les caisses de l’État et d’exceller dans la « malveillante gouvernance » qui enferme les gabonais dans la faim, la maladie…, il leur faut aussi massacrer et endeuiller durement les pauvres populations civiles tel du bétail de basse-cour.

À cet égard, j’accuse donc ce régime cannibale, corrompu et incompétent bongoïste d’être responsable de ces « crimes rituels », à en juger d’ailleurs par le cynisme poussé au paroxysme de la part du ministre de l’intérieur qui, au lieu d’assurer la sécurité optimale des personnes et des biens tel que le stipule la Constitution (loi fondamentale), passe son temps à plastronner ou pavoiser pour dénier à la vaillante société civile gabonaise, le droit élémentaire de faire des marches pacifiques de dénonciation de ce phénomène barbare.

Aussi, face à cette situation d’anormalité (crimes rituels, vol, viol…) du Gabon qui n’a que trop duré :

– je lance un appel solennel à la population gabonaise de participer massivement à la marche du 11/05/2013 pour manifester leur indignation et de désormais appliquer la « loi du Talion » ou « Œil pour œil, dent pour dent » ou « Vendetta » ce, relativement à la situation actuelle de manque d’état de droit du Gabon en raison de l’infiltration des pouvoirs judiciaire, législatif… par celui exécutif pour en faire un véritable syndicat du crime organisé au sommet de l’État et au mépris des principes de « Séparation des pouvoirs » de C.L. Montesquieu (De l’esprit des lois, 1748) et du « Pacte social » de J.J. Rousseau (Contrat social, 1762);

– je lance un appel à l’unité de la diaspora gabonaise pour barrer la route au criminel et voleur A. Bongo 9% lors de l’élection présidentielle de 2016 par la présentation d’une candidature unique ce, relativement à l’apathie de la néo-opposition actuelle au Gabon ;

– je lance un appel à Mr F. Hollande, président de la république française, homme politique aux grandes valeurs humaines, pour lui signifier que le Gabon regorge de nombreux dignes et compétents fils et filles à même de bien le gouverner ce, dans une optique de partenariat gagnant-gagnant ;

– je lance un appel aux puissances occidentales, qui ont à cœur la valeur « respect des droits humains », d’isoler sur tous les plans le régime inhumain et cannibale actuellement au pouvoir au Gabon ;

– je lance un appel aux organismes financiers internationaux de ne plus prêter un seul centime au régime hyper corrompu et criminel d’A. Bongo 9% au risque d’une répudiation à terme de la dette publique gabonaise ce, surtout dans un contexte de changement violent ;

– je lance un appel aux intellectuels gabonais à ne plus rester muets, à vaincre le signe indien et à transcender les particularismes ethniques, géographiques, idéologiques, religieux pour dénoncer massivement le phénomène social abject des « crimes rituels » au sens où tout le monde est en une potentielle victime (pédégiste comme non pédégiste).

Enfin, au nom de l’Éternel, je maudis le pouvoir cannibale, kleptocrate et incompétent BONGO-PDG, pour tout le mal fait au petit peuple gabonais depuis son accession par effraction à la magistrature suprême en 1968.

Vive la République,

Vive le Gabon.

 

Dr Jacques Janvier Rops Okoué Edou,
Secrétaire Exécutif Adjoint du Mouvement “Bongo Doit Partir” (BDP-Modwoam) chargé des
Affaires Économiques,  du Développement et de la Mondialisation,
Doctorant en Sciences politiques,
MAP – Évaluation des programmes publics,
MBA – Gestion des Entreprises,
DESS – Administration des Affaires,
DESS – Finance d’Entreprise,
Pr d’économie à l’UQAR et au Cégep de Limoilou
Consultant international (BTO Groupe Consultants).

Source: BDP-Modwoam, http://www.bdpmodwoam.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here