malbouffeDans le prolongement de la célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale, le Dr Babatunde Osotimehin, secrétaire général adjoint de l’organisation des Nations unies et directeur exécutif de l’UNFPA a fait savoir qu’environ 2 à 3 millions de femmes et de filles dans les pays en développement sont atteintes de la maladie.
Il a ajouté que malgré que la fistule obstétricale peut être prévenue, plus de 50 000 nouveaux cas apparaissent chaque année.
Les victimes de cette maladie sont des femmes et des filles, généralement pauvres, souvent analphabètes, qui n’ont qu’un accès limité aux services de santé, notamment aux soins de santé maternelle et procréative.
La persistance de la fistule résulte d’un déni des droits fondamentaux et reflète une violation de ces droits. Elle s’explique par les inégalités chroniques sur le plan sanitaire et les contraintes qui pèsent sur le système des soins de santé, ainsi que par des problèmes plus généraux, comme l’inégalité entre les sexes et l’inégalité socioéconomique, les mariages d’enfants et les premières grossesses trop précoces, qui sont tous de nature à ruiner la vie des femmes et des filles et à les empêcher de jouir de leurs droits fondamentaux. « Parce que nous appartenons à la communauté mondiale, nous avons l’obligation de mettre un terme à cette tragédie qui touche à la santé et aux droits fondamentaux. », a dit le directeur exécutif de UNFPA.
Selon l’OMS, chaque année dans le monde, entre 50.000 et 100.000 femmes présentent une fistule obstétricale. Les femmes qui présentent cette affection évitable souffrent d’une incontinence urinaire permanente qui conduit souvent à l’isolement social, et peut être à l’origine d’infections cutanées, de troubles rénaux, voire de décès en l’absence de traitement. « Il y a très peu de gynécologues compétents en matière de complications obstétricales, nous allons donc concentrer nos efforts à la formation de médecins locaux », a indiqué Bavo Christian chef de mission MSF (MédecinS sans frontière).
La fistule obstétricale est une sorte de brèche entre la vessie et le vagin ou entre la vessie et le rectum. Les femmes atteintes ne peuvent plus retenir leur urine et/ou leurs selles. Ce type de fistule résulte d’accouchements difficiles : la pression prolongée qu’exerce la tête du bébé contre le bassin de la mère interrompt trop longtemps l’afflux du sang dans les tissus. Souvent, le bébé ne survit pas à l’accouchement. C’est pour cette raison qu’en date du 23 mai s’est tenue pour la première fois la Journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale. Cette dernière provoque de lourds dégâts tant physiques que sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here