L’Office centrale de lutte contre anti drogue (OCLAD), l’OMS, le ministère de la Santé et l’association ‘’Agir pour le Gabon’’ ont animé, mercredi à Libreville, une conférence de presse portant sur le thème ‘’Défoncez-vous dans la vie, pas avec les drogues ’’ pour commémorer la journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues.

Le représentant de l’OMS, le Dr Boureima Sambo a indiqué que ‘’le thème choisi pour la campagne de sensibilisation de l’année 2013, ‘’Défoncez- vous dans la vie, pas avec les drogue ! ‘’, vise à informer le public, en particulier celui des jeunes, des effets nocifs de nouvelles substances psychoactives’’.

Le représentant du ministère de la Santé, Dr Mbuwbu Mibiala a indiqué dans son intervention, pour sa part, que ‘’l’usage de drogues constitue un problème de santé publique ayant des conséquences graves sur le développement et la sécurité’’, révélant que ‘’si l’on tient compte des activités criminelles liées à l’usage des drogue, le coût économique de la consommation de drogues et de toxicomanie peut atteindre jusqu’à 2% du produit intérieur brut(PIB) dans certains pays’’

‘’La répression est une bonne chose, mais elle, seule, n’a pas pu résoudre le problème. On insiste actuellement sur l’accompagne des personnes dépendantes de drogues’’, a insisté le Dr Mbuwbu Mibiala.

Le Commandant en chef en second, le Colonel Dénis Mickala Boutamba, a rappelé, pour sa part, que ‘’la célébration de cet évènement lui permet d’interpeller et d’édifier la jeunesse gabonaise sur les enjeux liés à l’usage de drogue’’. ‘’L’Afrique est en train de consolider son économie et plusieurs pays, comme le nôtre, tient à devenir émergent. Ainsi, la réalisation de cet ambitieux projet passe par une prise de conscience des acteurs de notre société, constitués en grande partie des jeunes’’, a indiqué le Colonel Mickal Boutamba.

Pour le Dr Alphonse Louma de l’association ‘’Agir pour le Gabon ‘’ce thème est une invite à la jeunesse, qui doit comprendre que la consommation des produits dangereux, comme l’alcool, le tabac ou des drogues, ne peut pas être une solution à leurs problèmes existentiels’’.

‘’Nous pensons que notre pays n’a pas pris conscience des dégâts occasionnés pas l’abus des drogues. L’abstinence est une utopie. Je souhaite que cette année soit le départ d’une prise de conscience individuelle et collective pour allez vers un monde sans tabac’’, a indiqué el Dr Louma.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here