enrolement-biometrieComme il est de coutume en période pré-électorale, le ministère de l’Intérieur a lancé sa campagne de sensibilisation autour de l’enrôlement des électeurs dans le cadre des élections locales prévus en novembre prochain.

Dans un communiqué parvenu à Gabonreview, Jean François Ndongou, ministre de l’Intérieur, rappelle que «le Gabon va procéder dans quelques mois au renouvellement du mandat des conseils locaux. A cette occasion, nous serons donc appelés à aller voter. Mais comme vous le savez, pour voter, il faut avoir été inscrit sur la liste électorale».

Toutefois, contrairement aux élections précédentes, l’enrôlement innove avec l’introduction de la biométrie dans le processus électoral. «Il ne s’agira plus d’une simple inscription sur la liste électorale comme auparavant, mais d’un enrôlement de chaque électeur, sur la base des données biométriques», a déclaré le ministre Ndongou, soulignant que l’opération concerne «les citoyens gabonais de deux sexes ayant 18 ans et plus, et jouissant de leurs droits civils et politiques».

Au moment de l’enrôlement, poursuit le communiqué, «les coordonnées liées à l’état-civil sont : les noms et prénoms, le nom de jeune fille pour les femmes mariées s’il y a lieu, les noms et prénoms des ascendants (père et mère), la date et lieu de naissance, le domicile ou la résidence, la profession, l’adresse, et le centre de vote. Comme nouveauté, il sera relevé pour chaque électeur, les empreintes digitales des dix doigts et la photo».

Pour l’enrôlement sur la liste électorale, les citoyens sont classés en trois catégories : les Gabonais d’origine, les Gabonais nés à l’étranger et ceux ayant acquis la nationalité. Les premiers doivent présenter aux agents enrôleurs soit l’acte de naissance légalisé ou le jugement supplétif, le cas échéant, le recours à deux témoins porteurs de pièces d’état civil valides, en cas de doute sur l’identité de l’électeur en zone rurale ; Soit la carte nationale d’identité, soit le passeport ordinaire biométrique auquel est joint un acte de naissance ou jugement supplétif pour permettre de relever les noms des ascendants.

Les Gabonais nés à l’étranger, quant à eux, doivent se munir soit l’acte de naissance dressé par l’autorité diplomatique ou consulaire gabonaise habilitée ; soit l’acte de naissance transcrit à la mairie du 1er arrondissement de la commune de Libreville ; soit la carte nationale d’identité ; soit le passeport ordinaire biométrique auquel est joint un acte de naissance pour permettre de relever les noms des ascendants.

La dernière catégorie de citoyens, enfin, doit présenter soit le décret de naturalisation et le certificat d’authenticité délivré par le président de la République ; soit le jugement de nationalité et le certificat de conformité délivré par la juridiction compétente ; soit la carte nationale d’identité ; soit le passeport ordinaire biométrique auquel est joint le décret de naturalisation ou le jugement de nationalité, pour permettre de relever les noms des ascendants.

Sans donner de date sur le début effectif de l’enrôlement, le ministre de l’Intérieur a indiqué que cette opération aura lieu dans «dans les mairies, les préfectures et les sous-préfectures par des équipes fixes d’enrôleurs ; pour les citoyens résidant dans les cantons, regroupements de villages et villages, par des équipes mobiles. A tout citoyen enrôlé, il est délivré un récépissé d’enrôlement. Ce document est exigible en cas de réclamations». Il sera également attribué un identifiant unique.

«Chacun de nous ayant des données biométriques spécifiques à notre identification, cette technologie confère à chaque électeur, un identifiant unique. Il est donc quasiment impossible de figurer plus d’une fois sur la liste électorale biométrique. Par conséquent, toute tentative d’inscription multiple sera décelée et exposera son auteur aux affres de la loi», a prévenu le ministre.

En guise de conclusion, Jean François Ndongou a expliqué que, «toutes ces innovations opérées à travers la capture des empreintes digitales, la prise de la photo, l’attribution d’un numéro d’identification unique à chaque électeur, ainsi que la présence de la photo sur la liste électorale et sur la carte d’électeur sont autant d’éléments de transparence qui vont doter notre pays d’une liste électorale fiable dans laquelle chaque citoyen n’apparaitra qu’une seule fois et par conséquent ne pourra voter qu’une seule fois».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here