universite-pdgPour leur marquer leur implication dans l’activité de leur formation politique, l’Union des jeunes du Parti démocratique gabonais (UJPDG) a organisé, du 23 au 25 août 2013 à Koula-Moutou dans l’Ogooué-Lolo, ses premières universités d’été. Un cadre permettant à ces jeunes de réfléchir sur les problématiques de la jeunesse gabonaise, sur la base de thématiques visant à mieux les positionner au centre de l’action de leur parti.

Alors que se tient parallèlement, en France, l’université d’été du Parti socialiste (PS) français, le Parti démocratique gabonais (PDG) a organisé, lui aussi, son université d’été. Des assises qui ne sont pas rappeler l’équipée la Rochelle d’août 2012, lorsque de la formation politique du président Bongo s’était invitée à l’université d’été du PS, avec de forts relents de resquille. De nombreux Gabonais auraient souhaité que le PDG, pour donner la réplique et faire taire toutes les suspicions, eu invité à Koula-Moutou les jeunesses du PS, tandis que d’autres se demandent pourquoi ne pas avoir dénommé ces assises autrement, le Gabon n’ayant pas une saison appelée été. Soit.

Le choix de Koula-Moutou, ville abritant l’université d’été (de saison sèche ?) du PDG n’est pas fortuit. C’est en effet dans le chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo qu’en mars 1968, feu le président Omar Bongo Ondimba avait créé ce parti. Entamer donc les universités de l’UJPDG dans cette localité est une certaine manière de placer cette première édition sur les traces des pères fondateurs du PDG. Selon des sources concordantes, cette manifestation devrait, à l’avenir, se tenir durant chaque période de grandes vacances scolaires, dans une ville différente à chaque édition, afin de réunir le maximum des jeunes de cette formation en un même endroit pour débattre des questions sociales, politiques, économiques, culturelles et même sportives inhérentes à la vie au Gabon.

Pour l’essentiel, il s’est agi pour les jeunesses du parti au pouvoir d’organiser des journées meublées de communications et d’exposés-débats en vue de créer de l’émulation, entretenir la vivacité intellectuelle et susciter la créativité des militants. Quatre thématiques majeures étaient au centre de ces échanges : «cheminement du Plan Stratégique Gabon Émergent, de la Pensée aux Actes : Quel Mode d’Emploi pour la Jeunesse Gabonaise?» ; «Introduction de la Biométrie au Gabon : Conséquences et Manifestations dans la vie quotidienne des Citoyens Gabonais» ; le «parti Démocratique Gabonais : Historique et Perspectives pour un Partenariat Intergénérationnel» et «Droit d’Ainesse et Passage de Témoins en Politique : La Méthode Gabonaise».

Selon les organisateurs de cette grande messe, l’université d’été de l’UJPDG se veut une plateforme annuelle d’échanges féconds pour les jeunes au Gabon. Elle a pour ambition de proposer et d’émettre des idées créatives et de formuler des propositions ainsi que des recommandations aux hiérarques du PDG dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des Gabonais.

Pour cette première édition, les échanges ont été animés par des personnes ressources, généralement bien outillés, à l’instar du Pr Michel Mboussou, de Pacôme Moubelet Boubeya, Secrétaire général du gouvernement, de Lambert Noel Matha, Secrétaire général du ministère de l’Intérieur ou de Faustin Boukoubi, Secrétaire général du PDG.

Pour exemple, Pacôme Moubelet Boubeya qui exposait sur l’historique et le partenariat intergénérationnel du PDG, a interpelé la nouvelle génération à ne pas copier ou répéter les erreurs du passé. «Le parti a été parcouru très longtemps par des intérêts primitifs, par des intérêts personnels au détriment du parti», a-t-il lancé alors que le Pr Mboussou parlant du droit d’aînesse, a indiqué : «nous pensons que le passage des témoins doit se faire d’une manière sereine pour garantir la dynamique de notre parti». Lambert Noel Matha, quant à lui, s’est appesanti sur le rôle et l’importance de la biométrie dans le processus électoral au Gabon, expliquant aux jeunes du PDG que cette technologie sert à la confection d’un fichier électoral fiable pour garantir la transparence électorale, tout comme il aidera à moderniser le fichier d’Etat-civil du pays.

Cette université d’été de l’UJPDG, placée sous le patronage du président de la République et président du PDG, Ali Bongo Ondimba, a donc permis aux jeunes militants et sympathisants du PDG, de 15 à 40 ans révolus, d’apprendre en interrogeant leurs aînés sur toutes les problématiques abordées lors de ces deux jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here