spot_imgspot_img

Rentrée scolaire : la «Grande interview» de Séraphin Moundounga

Le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et technique et de la Formation professionnelle, chargé de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Séraphin Moundounga, a été l’invité, le samedi 21 septembre 2013, de la Grande interview, émission phare de Gabon Télévision à travers laquelle il a abordé toutes les questions liées au gigantesque ministère dont il a la charge de supervision. Morceaux choisis consacrés au dossier de la rentrée des classes.

Seraphin-moundoungaDe l’éducation nationale à la culture en passant par la Jeunesse et le sport, l’Enseignement supérieur et technique, la Formation professionnelle et la culture, le ministre Séraphin Moundounga a essayé d’apporter des réponses, faisant tout pour démontrer sa maitrise des dossiers, comme ceux de la Prime d’incitation à la fonction enseignante (Pife) et du recrutement de l’entraineur de l’équipe nationale du Gabon de football qui font couler actuellement beaucoup d’encre et de salive.

Pour ce qui est de l’épineux dossier de la Pife, le ministre rappelle que le dossier concernait 22.000 ayant-droits. Sur ce total, 19.000 ont été payés et cela a valu 19,12 milliards de francs CFA au budget de l’Etat. «Il y a quelques uns qui ont été oubliés. La règle c’est qu’ils doivent déposer leurs réclamations auprès de leurs chefs directs dans leurs établissements ou dans leurs services», a indiqué Séraphin Moundounga qui relève que les réclamations déposées au ministère ne seront jamais traitées. Pour lui, cette donne évite de voir des enseignants détachés dans d’autres ministères et autres cadres véreux prétendre à la Pife. Cependant, a-t-il mis en garde, les chefs de services et autres chefs d’établissements qui ont fait usage de faux pour qu’un tiers bénéficie de cette dotation de l’Etat devront être relevés de leur fonction. «Ils seront sanctionnés», a martelé le ministre qui estime que lui aussi pourra être sanctionné par ses deux chefs hiérarchiques s’il en venait à commettre quelque faute lourde.

La problématique des vacations a également été abondamment discutée sur cette émission. Relevant la question d’un téléspectateur, le modérateur a lu ce qui suit : «jusqu’à présent les vacations des examens des enseignants ne sont pas payées. Une première depuis dix ans». Et le ministre de répondre «ce n’est pas une première depuis dix ans, c’est probablement une première depuis quatre ans» et de s’expliquer : «parce que quand je suis arrivé à l’Education nationale en octobre 2009, j’ai trouvé des arriérés de vacation qui dataient de trois ans à quatre ans. On ne payait pas les enseignants qui étaient enrôlés dans le processus des examens et concours, on payait des personnes qui étaient au ministère, qui touchaient des vacations, comme si elles faisaient des examens».

Séraphin Moundounga a en effet expliqué qu’à son arrivé au ministère, des personnes qui n’avaient jamais enseigné, touchaient, par des voies sinueuses, jusqu’à 16 millions de francs CFA dans ces opérations de paiement des vacations comme si elles avaient été les seules à surveiller et à corriger les différents examens et concours. «Tous ceux qui y ont droit devront être payés. Un droit, c’est un droit, ce n’est pas une faveur», a fixé le ministre de l’Education nationale.

Concernant l’intégration de nouveaux enseignants, le ministre souligne qu’à son arrivée, il a trouvé 6375 enseignants en attente de postes budgétaires et certains depuis six ans. «Aujourd’hui, il n’y a plus un seul enseignant sorti de l’ENS ou de l’ENI qui serait en attente de poste budgétaire en dehors de la promotion 2013. Sur cette promotion 2013, trois quarts ont déjà obtenus les postes budgétaires sauf certains retardataires qui n’ont pas complété leur dossier en temps utile… la promotion 2012 est en voie d’intégration, la promotion 2013 est en attente d’intégration parce que je voudrais m’assurer que ceux de 2012 ont déjà obtenu le poste budgétaire avant d’affecter ceux de 2013. Nous avons besoins d’eux pour compenser les déficits en enseignants dans les différentes salles de classe mais on n’enverra pas les enseignants sans salaires dans les salles de classes parce qu’il faut combler les besoins en enseignants alors qu’en même temps, nous ne nous précipitons pas pour leur verser des salaires», a expliqué le ministre.

Pour ce qui est des universités, dans l’objectif de faire barrage aux éventuelles grèves relatives aux problèmes de bourses d’étude, le ministre Séraphin Moundounga a indiqué que des dispositions ont été prises pour que l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG) puisse proposer des cadres à nommer dans chaque université, dans chaque école, dans chaque académie provinciale dans le but de s’occuper spécialement des questions liées à la bourse. «Transmis en retard, transmis à temps, ne doivent répondre à ces questions que ceux qui sont proposés par l’ANBG pour permettre aux académiciens de ne s’occuper que des problèmes académiques et pédagogiques», a expliqué le ministre de l’Enseignement supérieur.

Le problème des parcelles de terrains pour les enseignants des universités et grandes écoles serait en voie de résolution, selon le ministre de l’Enseignement qui a précisé que le gouvernement est en train de tout mettre en œuvre pour finaliser les paiements.

La gestion des œuvres universitaires y est également passée. Pour le ministre, la direction générale des œuvres universitaires devra répondre du Rectorat. Cette direction ne devra désormais qu’assurer le suivi des contrats passés entre l’Etat et les prestataires en activité dans ces établissements universitaires.

Au regard des propos du ministre, l’on comprend aisément sa volonté de décrisper l’atmosphère du moment où la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (Conasysed) a annoncé une grève pour freiner l’élan de la nouvelle année scolaire, de même que des étudiants de l’Université Omar-Bongo (UOB) parlent désormais de «nettoyer l’université» afin de rentrer dans «leurs droits».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES