spot_imgspot_img

Assemblée générale de l’ONU : la sortie d’Ali Bongo

"La dernière chose à faire est de penser à la prochaine élection" assure Ali Bongo Ondimba. © Ludovic/ReaEn déplacement à New York aux Etats-Unis d’Amérique (USA) où il prend part aux travaux de la 68e session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (Onu), le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, s’est prononcé le mardi 24 septembre 2013, lors du débat général axé sur les enjeux de développement.

Le président gabonais qui se trouve à New York a, depuis son arrivée à la magistrature suprême en 2009, pris l’habitude de se prononcer sur les questions importantes de l’actualité mondiale, notamment celle de la protection de l’environnement. Devant plus d’une centaine de chefs d’État et de gouvernement présents à la session annuelle, en cours, de l’Assemblée générale de l’ONU, et comme lors des précédentes sessions onusiennes, l’intervention d’Ali Bongo Ondimba a porté sur la position du Gabon sur plusieurs défis mondiaux.

Pour cette année, le thème développé par Ali Bongo Ondimba s’intitule «Programme de développement de l’après 2015 : plantons le décor». Un sujet qui rappelle que les pays du sud ont encore bien de défis après 2015, année butoir pour les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) que s’était assignée la communauté internationale. Il s’agit ainsi de définir le programme onusien pour l’après-2015 en tenant compte des succès et des échecs de ces OMD tout en y intégrant des critères spécifiques liés au développement durable.

«La pauvreté nourrit les extrémismes à travers le monde et la lutte contre la pauvreté doit rester au cœur de nos politiques. Nos Peuples, en particulier nos jeunes, demandent de nous, plus de progrès socio-économique […] Je voudrais ici souligner que le Gabon a accomplis des progrès considérables dans la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire et l’éducation. Nous avons considérablement réduit la mortalité infantile et maternelle, la prévalence du VIH/SIDA, de même que la létalité du paludisme. Enfin, nous avons renforcé la participation des femmes à la vie politique et économique du pays. En dépit des efforts fournis par nos Etats, force est de reconnaitre que certains OMD ne se réaliseront pas comme prévu, surtout en raison des engagements non-tenus, et de la diminution des financements. De ce retard, le Gabon tire deux principaux enseignements : l’importance de renforcer la gouvernance ; et la nécessité d’efforts supplémentaires dans l’éducation et la santé pour rendre la croissance plus équitable et inclusive», a expliqué Ali Bongo lors du débat de Haut-niveau à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Si l’on s’accorde, au plan diplomatique mondial, sur le fait que le dossier syrien reste le plus brûlant, Ali Bongo, à ce sujet, a invité toutes les parties dans la crise en Syrie à coopérer pleinement dans l’enquête que mènent les inspecteurs onusiens. «Nous condamnons fermement l’utilisation de ces armes, et le Gabon appelle à la destruction de tous les arsenaux chimiques dans le monde. Aux fins de l’enquête que mènent les inspecteurs des Nations Unies en Syrie, nous demandons aux parties de coopérer pleinement. Par ailleurs, le Gabon soutient tous les efforts diplomatiques en faveur d’un processus politique permettant une sortie de crise. Le Conseil de Sécurité devrait prendre des mesures au cas où ses efforts seraient entravés.»

Lors de son intervention devant l’Assemblée générale, Ali Bongo s’est encore placé sous le signe du dialogue des civilisations et des cultures, de la tolérance, de la compréhension et du respect entre les peuples pour construire un monde plus pacifique. «En maintenant le cap, nous pourrions mieux relever les défis d’un contexte international toujours marqué par des crises multiformes, illustrés par de nombreux foyers de tensions à travers le monde. Ce sont entre autres la crise syrienne, la situation au Mali et en République démocratique du Congo», a estimé Ali Bongo Ondimba.

Il n’en demeure pas moins que la montée de nouveaux périls (le terrorisme, la piraterie maritime, les trafics illicites d’armes, le braconnage, etc.) ainsi que le développement durable qui focalisent chaque jour davantage les États membres de l’Onu, constituaient aussi la trame du discours d’Ali Bongo Ondimba. «Ce phénomène devient un défi écologique et économique ; un crime transnational ; et une menace à la sécurité de nos Etats. C’est ainsi qu’avec l’Allemagne et d’autres Etats, nous avons initié une réflexion sur cette question. En marge de nos travaux, nous tiendrons, le 26 septembre, ici aux Nations Unies, un événement parallèle avec pour objectif la mobilisation sur cette question. Nous serions honorés de votre présence et de vos contributions au cours de cette discussion. J’appelle les Nations Unies à intégrer cette question dans la coopération avec l’Union Africaine. En mai dernier à Marrakech, j’ai proposé la création, au sein de la Banque Africaine de Développement, d’un fonds spécial qui aiderait au renforcement des capacités africaines et à d’autres actions», a rappelé le président gabonais.

Le Gabon signera un traité sur la circulation des armes en Afrique centrale et co-présidera avec l’Allemagne une rencontre spéciale sur le trafic illicite des espèces protégées. Cela marquera un plus sur la position du Gabon, notamment de son chef, sur le combat pour la protection des certaines espèces animales menacées de disparition. En effet, le massacre des éléphants, des rhinocéros et d’autres pour la satisfaction des marchés asiatiques, montre que la lutte est encore longue au Gabon car de nombreux responsables administratifs et politiques seraient impliqués dans les réseaux de braconnage mis en place.

Le chef de l’État gabonais s’exprimera sur le braconnage, en marge des travaux, ce jeudi 26 septembre, devant la Fondation Clinton que préside l’ancien président américain, Bill Clinton.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES