spot_imgspot_img

L’UPG, Ben Moubamba et le témoin de Pierre Mamboundou

Ben-moubambaAlors qu’il se présente comme l’héritier politique de Pierre Mamboundou, Bruno Ben Moubamba aurait vite déchanté lors de son récent passage à Port-Gentil. Il aurait été accusé de «cracher» sur la mémoire de l’historique et charismatique opposant tandis que de nombreux hiérarques de l’UPG et anciens compagnons de l’illustre disparu, perçoivent désormais la figure montante de l’UPG comme un «usurpateur». Tensions en perspective.

Accusé de «cracher» sur la mémoire de Pierre Mamboundou, le défunt leader de l’Union du peuple gabonais (UPG), Bruno Ben Moubamba n’est pas prêt d’oublier sa récente visite à Port-Gentil. Pourtant, tout s’était déroulé comme la délégation amenée par cette formation politique se réclamant de l’Opposition l’avait prévu. Tout, sauf le peu d’affluence cette journée-là. Les meetings, à l’époque de Mamboundou auraient drainé plus de monde, estiment certains portgentillais. De plus, si le leader charismatique de l’UPG n’est plus, son épouse Marie-Augustine Mamboundou a était bien présente aux côtés de Ben Moubamba, dans la capitale économique gabonaise. Malgré la présence de celle qui a récemment affiché quelques ambitions quant aux prochaines joutes électorales, seulement 200 personnes environ auraient assisté à la rencontre politique. Pourquoi un tel détournement, se sont interrogés certains hiérarques du parti oubliant que la scission de l’UPG inquiète de plus en plus de partisans.

C’est peut-être pour chasser ce doute et cette inquiétude que le secrétaire national en charge de la communication au sein du parti, Ben Moubamba avait tenu à ouvrir le meeting en aspergeant ses partisans et sympathisants d’eau bénite, apportée expressément pour l’occasion, ainsi que l’a rapporté, 23 septembre 2013, le journal La Démocratie. Mais, à en croire ce confrère, ce n’est pas tant la «grande croix» que Ben Moubamba brandissait devant le visage de chaque individu présent à la causerie qui inspirait le doute quant au véritables intensions de la veuve de Pierre Mamboundou et son nouveau bras-droit. Le secrétaire national de l’UPG aurait été accusé de «cracher» sur la mémoire du défunt leader en prétendant que le disparu lui aurait tout bonnement promis sa place, à la tête de l’UPG. Bruno Ben Moubamba, l’héritier politique de Pierre Mamboundou ? Si plusieurs personnes au sein du parti se le demandent encore, pour Me Louis-Gaston Mayila, joint par les confrères, cette affirmation est «un grossier mensonge».

Fortement irrité, le vigoureux et tonitruant président de l’Union pour la nouvelle République (UNPR) aurait lancé : «C’est faux. Je dis que c’est deux mille fois faux. Il ment. Oui Pierre Mamboundou a reçu Ben Moubamba à mon domicile qui était le siège de l’ACR. J’étais là. Le Pr Pierre André Kombila aussi. Comme autre témoin, il y avait Idriss Ngari. Nous avons dit à Ben Moubamba, tu viens d’arriver. Si tu veux, viens avec nous à l’ACR. A aucun moment le président Mamboundou lui avait demandé de retirer sa candidature pour soutenir la sienne, puisqu’à l’époque, l’ACR n’avait pas encore de candidat. Comment Mamboundou aurait-il pu lui faire une telle proposition ? Moi, je dis que Ben Moubamba ment car j’étais là.»

En effet, des sources concordantes indiquent que, du haut de son estrade, «l’exorciste» avait affirmé être à la place qui lui revient avant de prendre officiellement les rênes de l’UPG, parti qui lui reviendrait de droit. En 2009, aurait-il déclaré à l’endroit de l’assistance, Pierre Mamboundou l’avait reçu à son domicile, sis à Awendjé, et lui avait alors demandé de retirer sa candidature et de soutenir plutôt celle de l’UPG pour qu’à terme, la direction du parti lui revienne. L’avait-il fait aussitôt que cela lui avait été demandé ? Vraisemblablement, non. L’homme, certainement trop épuisé par sa grève de la faim à l’époque, n’avait pas jugé utile de mettre à exécution le plan de l’ancien.

Ben Moubamba qui figurera par la suite aux côtes des membres de l’Union nationale, allant, à travers une célèbre sortie au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, jusqu’à prendre au sérieux son poste de ministre des Affaires étrangères du gouvernement alternatif de Mba Obame, serait-il un menteur ? Bien malin qui le dira.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES