spot_imgspot_img

Un nouveau patron pour l’univers carcéral gabonais

Prison-LBV11Récemment nommé en Conseil des ministres, le général de Brigade Mohamed Charif Mandza, a pris les rênes de la Sécurité Pénitentiaire le lundi 23 septembre 2013 à Libreville, en présence du ministre de la Justice, Gardes des Sceaux, des Droits Humains et des Relations avec les Institutions constitutionnelles, Ida Réténo Assonouet, ainsi que du ministre délégué à l’Intérieur, Aimé Popa Nzoutsi Mouyama.

Promu à la tête de la Sécurité pénitentiaire du Gabon, le général de Brigade Mohamed Charif Mandza y remplace Sébastien Nzoumba Ngondy, également général de Brigade, qui n’aura fait qu’un peu plus d’un an à ce poste. Pendant ce laps de temps, la gestion de l’univers carcéral gabonais a été entachée par des trafics en tout genre au sein de la prison centrale de Libreville et par la mention de sévices régulièrement infligés à certains détenus par ceux d’entre eux bénéficiant de quelque protection, notamment des gardes pénitenciers.

Toutes choses qui ont certainement précipité le départ du général Nzoumba Ngondy, même s’il est à noter que la surpopulation carcérale qui n’aura pas facilité les choses. Le nouveau promu devra donc, au-delà des maux ayant eu raison de son prédécesseur, gérer une prison centrale de Libreville en surpopulation.

Construite en effet en 1956 pour 300 places seulement, «Sans Famille», le plus grand pénitencier du pays compte aujourd’hui près de 1500 détenus. Afin de décongestionner cette surpopulation carcérale, le gouvernement gabonais s’était finalement engagé à construire à Ayem, une bourgade située à 27 km de Libreville sur la route nationale, une prison moderne dont les travaux devaient être réalisés par une entreprise espagnole. Le projet tarde cependant à voir le jour.

Présidant la cérémonie de passation de charges entre les deux hommes sus cités, le ministre de la Justice, Gardes des Sceaux, a prononcé la formule consacrée : «Officiers, sous officiers, assistantes et agents de la sécurité pénitentiaire, vous reconnaitrez désormais pour votre chef le général de Brigade Mohamed Charif Mandza, ici présent. Vous lui obéirez en tout ce qu’il vous recommandera pour le bien du service, l’exécution des règlements militaires, l’observation des lois et le succès des armes du Gabon».

L’homme qui prend le commandement en chef de la Sécurité pénitentiaire est un diplômé d’université ayant fait ses armes dans la police. S’adressant à ses collaborateurs lors de cette cérémonie, il a indiqué : «nous avons la charge de former, reformer le personnel et apporter une certaine dynamique à la Sécurité Pénitentiaire en tenant bien évidement compte des innovations que nous observons actuellement à travers le monde».

Pour lui, il est plus que nécessaire d’arrimer les conditions de travail et de vie du monde carcéral aux normes internationales. «S’arrimant à la donne internationale, nous allons également nous atteler à améliorer les conditions de vie du monde carcéral », a-t-il déclaré tout en précisant que «le Gabon est actuellement en plein chantier, en pleine réforme » et «c’est dans ce cadre de la réforme de la maison, de son redressement que certaines affectations ont été faites».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES