spot_imgspot_img

Incinération des saisies de «Sans Famille»

le-ministre-de-justice-procedant-a-la-destructionLe ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Ida Reteno Assonouet, a procédé ce mercredi 2 octobre 2013, à la prison centrale de Libreville, à l’incinération de tous les biens «illégaux» saisis à l’issue de l’opération coup de poing du samedi 28 septembre dernier dans cet établissement carcéral connu pour être le lieu de divers trafics.

Après la grande fouille inopinée, le 29 septembre, des différents quartiers de «Sans Famille», la prison centrale de Libreville, le ministre de Justice Ida Reteno Assonouet, et les commandants en chef de la Sécurité pénitentiaire, le général de Brigade Mohamed Charif Mandza et Colonel Jean Germain Effayong Onong, ont mis à profit leur matinée du 2 octobre 2013 pour procéder à la destruction du butin ramené de cette opération de nettoyage qui n’est pas passée inaperçue.

«Je voudrais rendre un vibrant hommage à monsieur le président de la République, qui après plusieurs sollicitations du ministre en charge de la Sécurité pénitentiaire a bien voulu accepter que s’organise cette fouille inopinée au niveau de la prison centrale de Libreville. Je voudrais magnifier la collégialité gouvernementale parce que cette opération a été menée en secret et, je suis fière de le dire, avec les ministres de la Défense nationale, de l’Intérieur. Les commandants en chef ont été associés à cette opération et je leur rends un vibrant hommage», a déclaré Ida Reteno en guise de satisfecit.

Pour le ministre de la Justice, cette opération qui a permis de ramener des cellules, 1250 objets interdits dans les prisons, de la drogue, des tenues militaires, des armes blanches, des téléphones portables et la coquette somme de 1,9 million de francs CFA, s’inscrit dans le cadre des réformes engagées au niveau de la sécurité pénitentiaire. «Il fallait que nous les détruisions dans une fondeuse parce que c’est de l’acier. Ces objets permettaient aux détenus de la prison centrale de Libreville d’être en danger vis-à-vis d’eux-mêmes n’épargnant pas du tout les agents de la sécurité pénitentiaire» a expliqué Ida Reteno Assonouet.

«Le rôle de l’administration pénitentiaire est d’isoler et de garder les éléments qui sont dangereux pour la société mais, également de penser à leur réinsertion. C’est dans le cadre de ce vaste chantier, avec des prisons vieilles de plus de 50 ans, avec une surpopulation carcérale, avec l’absence de formation pour les agents de la sécurité pénitentiaire, avec le déficit en effectif et le programme de réinsertion qui est en marche, que nous sommes en plein engagé pour la réforme de l’administration de la Sécurité pénitentiaire, pour avoir des agents dignes de ce nom afin d’améliorer les conditions de vie des détenus. Leur absence d’activité ludique sans activité sportive ne peut que les emmener dans beaucoup plus de violence. Nous construisions», a précisé le ministre de la Justice.

«J’exhorte une fois de plus, les agents de la sécurité pénitentiaire – officiers supérieurs, officiers subalternes, tous les agents – à se mettre au travail. Le chantier de la sécurité pénitentiaire est un grand chantier très sensible et c’est pour cela que nous y veillons comme du lait sur le feu», a souligné Ida Reteno Assonouet.

«Après cette opération de grande envergure, la bataille n’est pas gagnée. Il ne faudrait pas que nous retombions dans ces comportements déviants. Surveillance, discipline, répression, mais aussi encouragement et promotion pour ceux qui se distinguent justement des autres qui ne veulent pas changer», a-t-elle conclu tout en invitant les responsables de ce pénitencier à faire preuve de beaucoup de discipline, et de surveillance pour éviter de tomber dans ces déviances qui ne garantissent en rien l’efficacité des agents.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES