spot_imgspot_img

Après l’enrôlement, la Cenap communique

cenapAprès que la date du 23 novembre, pour la tenue des élections locales et départementales, ait été entérinée par la Commission électorale nationale et permanente (Cenap), on assiste à une accélération des choses avec des communications censées mieux préparer les choses.

La Commission électorale nationale et permanente (Cenap) vient de rendre public le calendrier des opérations. Le chronogramme publié confirme que les élections locales auront bien lieu le samedi 23 novembre 2013 tandis que les candidatures devraient être connues au plus tard le 11 octobre 2013 et la campagne électorale se déroulera du 13 au 22 novembre 2013 à minuit.

En accélérant le processus, l’organe en charge de l’organisation et de la supervision des élections au Gabon a rendu public le 2 octobre, dans les colonnes du quotidien L’union, la liste des personnes devant composer les bureaux les commissions électorales locales. Les préposés à cette tâche prêteront serment le 4 octobre devant la Cour constitutionnelle afin de garantir leur neutralité et impartialité. De même, ils suivront un séminaire de formation et de sensibilisation les 5 et 6 octobre pour renforcer leurs capacités en la matière. Cette liste a été complétée ce 3 octobre par une autre venant du ministère de l’Intérieur nommant les rapporteurs généraux de ces commissions.

De même, ce jeudi 3 octobre 2013, la Cenap a publié un message de sensibilisation des candidats à l’élection des membres des conseils départementaux et des conseillers municipaux de 2013. Le message explique, par exemple, que «chaque liste doit comprendre un nombre de candidats égal au nombre de sièges à pourvoir au Conseil concerné». L’on répond notamment dans ce texte aux questions telles que «qui peut être candidat ?», «que faire pour être candidat ?», «qui peut contester une candidature ?», «quelles sanctions encourues ?». Il est donc question d’un avertissement envers les potentiels candidats et d’éviter au final les recours qui n’en finissent pas, le plus souvent rejetés à la cause de la méconnaissance de la loi.

Comme on peut le voir après l’enrôlement, le ministère de l’intérieur essait de trouver la formule capable de faire en sorte que ces élections se passent sans contestations. Ce qui est sûr c’est que le Cameroun voisin qui vient de passer avec brio sa mise en application de la biométrie dans le processus électoral devrait inspirer le Gabon. En effet, les observateurs internationaux qui ont écumé les bureaux de vote du Cameroun lors du double scrutin municipal et législatif du 30 septembre dernier se sont accordés à dire que ces élections se sont bien déroulées. Les protagonistes quant à eux ont été moins critiques que lors des précédents scrutins. Toutes choses qui devraient inspirer le Gabon et l’éloigner des démons de la contestation.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES