libreville2Lassés de ce que les villes offrant la meilleure qualité de vie sont toujours européennes, selon le classement du cabinet international Mercer, les journalistes de Jeune Afrique ont décidé de créer leur classement, selon leurs propres enquêtes sur le terrain. Un exercice à l’issue duquel la «belle» Libreville arrive à la 9e place de cette distribution.

Au regard de l’absence des métropoles africaines, à l’exception de Port-Louis (Maurice), Cape Town et Johannesburg (Afrique du Sud) et Victoria (Seychelles), dans les classements internationaux des villes offrant la meilleure qualité de vie, l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, à travers son édition spéciale n°4 intitulée «Quand les villes font leur révolution», donne son avis de ces villes africaines, souvent marginalisées mais en pleine extension.

Où se loge-t-on ? Où se soigne-t-on ? Où se cultive-t-on ? Où se porte-t-on le mieux en Afrique ? Telles sont les questions à l’origine de ce classement, loin d’être objectif, spécialement conçu par la rédaction de Jeune Afrique avec l’objectif de montrer les récentes évolutions des métropoles africaines et combler le manque de palmarès positifs sur l’Afrique.

Les critères permettant l’établissement de ce classement concernent logement (offre, coût), l’accès aux services essentiels (eau, assainissement, électricité), les transports, les équipements structurants, la sécurité, l’environnement et le dynamisme économique, la disponibilité et le coût des biens de consommation, l’offre de formation (écoles, enseignement supérieur et formation professionnelle), l’offre de soins, la vie culturelle, les loisirs et le cadre de vie (climat, espaces verts, environnement, etc.). A leur étude, la capitale gabonaise se classe au 9e rang africain et il est reconnu à Libreville son «cosmopolitisme» et son «dynamisme économique».

Sans surprise, dans le top 10 de Jeune Afrique, la ville sud-africaine du Cap arrive en tête, talonnée par Johannesburg. Viennent ensuite Casablanca et Kigali, respectivement 3e et 4e. La métropole marocaine a été retenue pour son système de transports et la capitale rwandaise, pour sa propreté et son niveau de la sécurité. La 5e meilleure ville d’Afrique, selon le classement, est Tunis, pour le cadre de vie et l’offre de soins. La capitale éthiopienne, Addis-Abeba arrive en 6e position, juste devant Marrakech, pour son dynamisme économique. Au 8e rang se trouve Dakar, la capitale du Sénégal, pour sa culture, tandis que la capitale de la Côte d’ivoire ferme le bal, pour son cosmopolitisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here