spot_imgspot_img

L’Onep reprend le dialogue

PRESSE (2)Pour sa première sortie, le nouveau bureau national de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), a annoncé ce vendredi, la reprise du dialogue social au cours d’une conférence de presse tenue à Port-Gentil.

Au lendemain de la tenue du congrès extraordinaire de l’ONEP, le 14 septembre dernier, le bureau national du puissant syndicat des pétroliers avec à la tête, Paul Aimé Bagafou, a donné une conférence de presse dans la ville de l’or noir, Port-Gentil.

Les débats avec les journalistes étaient essentiellement sur le front social et le mot d’ordre de rupture de dialogue social : les sociétés pétrolières et le gouvernement gabonais.

Le 31 juillet, le syndicat avait décidé de rompre toutes discussions avec ses différents partenaires suite au non-respect des engagements contenus dans le procès-verbal d’étape signé entre le gouvernement et l’ONEP, le 16 mars dernier à Libreville, après que l’organisation des travailleurs du secteur du pétrole ait déclenché une grève générale le 04 mars.

« Nous déplorons et condamnons avec vigueur, l’existence entretenue d’un certain nombre de situations sociales qui ne sont pas de nature à s’inscrire dans la droite ligne de la recherche du consensus toujours espéré par tous», a estimé, le secrétaire général, Paul Aimé Bagafou.

Selon ce syndicat, l’administration a violé les accords de mars en laissant Denis Chatelain mépriser la législation du Gabon. Il se trouve qu’il est administrateur général de Perenco Oil et gas Gabon (POGG) et DG de Perenco Oil et gas limited (POGL), qui sont deux sociétés juridiquement distinctes. Alors que l’article 105 du Code du Travail stipule pour l’essentiel que « l’autorisation d’emploi n’est valable que pour un travailleur, un emploi et une entreprise déterminés. Sa durée ne peut excéder deux ans ». Les cas de licenciements enregistrés récemment à Perenco.

Du côté de Dietsmann, une grève perdure depuis 5 mois maintenant sans solutions.

Le secteur pétrolier et activités connexes n’est pas un fleuve tranquille, 700 travailleurs de Sodexo ne connaissent pas encore leur sort, car le 31 octobre prochain, leur contrat arrive à échéance. Les conditions de reprise de la société Sodexo par COMPASS ne sont toujours pas définies. L’ONEP doit rencontrer urgemment Shell Gabon, Sodexo et COMPASS à Libreville, Gamba et dans la capitale économique, Port-Gentil.tl_files/_images/Articles Image/PRESSE (2).jpg

L’Onep est prête à reprendre les négociations progressivement avec les entreprises du poumon de l’économie nationale du Gabon ; le pétrole ainsi que les autorités étatiques.

Au bout des échanges avec la presse, Paul Aimé Bagafou, a officiellement confirmé la levée du mot de rupture de dialogue social.

« Nous ne manquons cependant pas, de faire remarquer ici que, la seule bonne volonté de notre syndicat ne suffira pas à construire de façon affirmée, une véritable paix sociale, durable et à la même de favoriser une relance sereine de l’industrie pétrolière comme le souhaitent les plus hautes autorités de notre pays », a souligné, le secrétaire général de l’ONEP en guise de mot de conclusion

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES