spot_imgspot_img

SEEG/Eau : service minimum dans 5 quartiers d’Owendo

le-talus-et-la-canalisation-deboiteeSouhaitée depuis quelque temps du fait d’un retard constaté, dame pluie a fait son retour, le 4 octobre 2013 sur la province de l’Estuaire, avec des dégâts matériels. A ce titre, à Alénakiri dans la commune d’Owendo, une importante conduite d’eau de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a été déboitée, entrainant une paralysie de la distribution de l’eau dans les quartiers environnants.

Les habitants des quartiers Alénakiri-SNBG, Oprag-Comilog et Centrale-Gaz dans la commune d’Owendo sont contraints, durant les 72 prochaines heures, d’apprendre à gérer méticuleusement leur consommation d’eau, la denrée devant se faire rare durant ce laps de temps.

Il se trouve que la grande pluie qui s’est abattue sur Libreville et ses communes voisines dans la nuit du 3 au 4 octobre 2013 n’a pas fait que des heureux. Aux environs de 7h10 dans la matinée un talus sur le chantier de construction de la future usine d’entreposage du groupe Ceca-Gadis à Owendo, s’est effondré, occasionnant en contrecoup le déboitement d’une canalisation de la SEEG destinée à alimenter certains quartiers de la zone.

«La canalisation qui était dans ce talus est tombé 5 à 6 mètres plus bas. C’est une canalisation de 400 millimètres de diamètre qui alimente les zones d’Alénakiri-SNBG, Oprag-Comilog et Centrale-Gaz. Toutes ces zones sont privées d’eau. Il y a en d’autres qui sont privées, mais on va installer une vanne à cheval d’ici 16h à peu près. On va poser une conduite provisoire parce que ce talus reste inexploitable pour remettre la canalisation déboitée», a indiqué Jacques Jouny, le directeur Eau de la SEEG pour la zone de l’Estuaire,.

Aussitôt alertés les agents de la SEEG ont été déployés sur le site pour rétablir la situation comme à la normale afin de ne pas causer plus de tort aux populations concernées par le désagrément. «On va en reposer une autre le long de la route, qui sera suffisante pour alimenter correctement toutes les zones qui sont aujourd’hui non alimentées. On estime, d’aujourd’hui, qu’il nous faut un maximum trois jours pour rétablir une alimentation comme elle était avant. On sait que c’est déjà une zone difficile mais d’ici trois jours au maximum on rétablira les mêmes conditions d’alimentation que celles qu’on avait jusqu’à ce matin 7h10», a rassuré Jacques Jouny.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES