spot_imgspot_img

Gabon : L’UFA veut-elle retarder le processus électoral ?

Pierre-Claver-Maganga-Moussavou-465x190récente saisine de la Cour constitutionnelle par le l’Union des Forces pour l’Alternance (UFA, un Groupement de partis de l’opposition) ne…

Libreville, Dimanche 6 Octobre 2013 (Infos Gabon) – La récente saisine de la Cour constitutionnelle par le l’Union des Forces pour l’Alternance (UFA, un Groupement de partis de l’opposition) ne manque de susciter moult réactions tant l’acte est jugé disproportionné et surtout juridiquement irrecevable et mal fondé.

Il y a ainsi d’abord eu la sortie de Pierre Claver Maganga Moussavou le président du Parti Social Démocrate (PSD) et Porte parole de l’UFA qui aura parlé de « complot ourdi contre l’UFA par les représentants de l’opposition au niveau de la CENAP ». Une allégation de plus opaque donc politicienne, et peu convaincante.

D’où que certains y voient un simple conflit d’intérêt plutôt d’ordre pécuniaire, si tant est que ces représentants de l’opposition à la CENAP sont payés par l’Etat.

Parce qu’en effet, à part la question pécuniaire, « le complot » allégué serait particulièrement difficile à prouver, ce d’autant qu’il est légitime que chacun des cinq (5) groupements politiques de l’opposition ait un représentant à la CENAP, pour atteindre le nombre de 5 représentants de l’opposition tel que prévu par les textes.

Et l’UFA qui prétend que les autres représentants de l’opposition ont écarté les noms des militants de ses partis sur la liste des représentants de l’opposition à la CENAP aurait bien du mal à faire croire qu’il est le groupement le plus faible de l’opposition au point d’ainsi se faire malmener par les autres.

Toutes choses qui soulèvent une autre question. N’aurait pas été léonin que l’UFA à elle toute seule envoie trois (3) militants sur les 5 prévus pour représenter tous les groupements de partis politiques de l’opposition à la CENAP, à savoir, 5 au total, la CPDRO, l’UFC, le MSP, l’ACR et l’UFA ? Le problème serait donc simplement celui de l’absence de consensus entre ces groupements de partis politiques dont le fonctionnement interne entre membres ne fait nullement parti du fonctionnement de l’appareil d’Etat, s’agissant d’associations politiques.

De même, lorsque le coordonnateur général de l’UFA, Madame Okomo Obame Marguerite argue dans sa requête adressée à la haute juridiction que les arguments avancés par Monsieur Jean Pierre Ndong Abessolo, qui a signé la liste de l’UFA en qualité de Vice-président, ’’sont faux’’, il apparaît comme une suspicion entre membres de l’UFA. Cela fait désordre et très peu sérieux dans un groupement politique qui veut gérer les affaires du pays.

Certains penseraient même à une manœuvre de Madame Okome Obame contre Monsieur Ndong Abessolo consistant en du « ôte-toi de là que je m’y mette ».

Au point qu’il apparaît même fort scandaleux que la Cour constitutionnelle soit saisie pour des querelles entre militants du même bord politique qui devraient se régler en interne. Et même dans le cas d’espèce ce serait de la perte de temps que l’UFA décide à tout bout de champ de changer de nom des représentants quant bon lui chante alors que tout ce processus d’organisation des élections tient en des délais constitutionnels qui passent avant ces querelles de cuisine interne aux partis ou groupements politiques de l’opposition.

Du reste, il ne semble nulle part être évoqué dans cette requête de l’UFA, une question de légalité constitutionnelle pour que la Cour constitutionnel soit saisie.

Et du point de vue de la légalité au plan législatif ou réglementaire, qui ressortirait en principe au juge administratif, le problème ne semble pas se poser non plus si tant est que le quota des cinq membres de l’opposition représentée à la CENAP tel que prévu par les textes aura été atteint. Il s’agirait des récentes modifications du code électoral et des textes relatifs au fonctionnement de la CENAP.

Précisément, il n’apparaît nulle part que ces textes de référence indiquent le nombre de représentants auquel aurait droit l’UFA, pour qu’il se lance dans ce type de contestation qui serait plutôt ventripotente ou simplement pernicieuse et dilatoire pour donner du fil à retordre au Gouvernement dans l’organisation du scrutin à venir.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES